Les jeux video, c'est la vie ! une série audio pour tout comprendre de cet univers fascinant

Voilà la série ultime pour les non-joueurs ! En quatre épisodes de 55 minutes, le documentariste Antoine Tricot fait le tour de la question. Une production de France Culture. 

LSD, La Série Documentaire, est une des émissions phares de documentaire radio de France Culture. Chaque semaine, un grand thème est traité en quatre épisodes de "radio cousue main": priorité aux témoignages captés sur le terrain entrecoupés de paroles d’experts. Un thème développé en temps long : quatre fois 55 minutes. A l'origine de la série Les jeux video, c'est la vie ! il y a un documentariste  Antoine Tricot, né dans les années 80, qui est lui-même un joueur. "Cela m’a formé comme mes lectures, mes visites au musée, les films et les pièces de théâtre que j’ai vues. Pour moi et des millions d’autres joueurs et joueuses, le jeu vidéo fait partie de la vie." écrit-il sur la page de LSD. Antoine Tricot, fatigué face aux discours alarmistes, s'emploie donc à déconstruire les idées reçues et à donner les clés pour appréhender de l'intérieur ce loisir qui est aussi une industrie et un patrimoine culturel à part entière.

5 images
Minecraft © nintendo

Quatre épisodes pour faire le tour de la question

Les jeux video mangent les enfants aborde la question des motivations des jeunes joueurs, l'incontournable question de l'addiction et l'incompréhension des adultes. François Le Dreff, joueur de World of Warcraft, qui comptabilise plus d’un an de jeux consécutifs sur 13 ans, affirme dépité "ce n’est pas à moi à essayer de leur faire comprendre quelque chose qu’ils n’ont pas vécu en fait.". Antoine Tricot qui fait un travail de documentariste et pas de journaliste, donne la parole à Yann Leroux, psychologue et gamer, pour qui on n’a pas tranché la question de savoir si le jeu video, par essence, suscite des pratiques addictives, compulsives ou si les gens qui ont des traits compulsifs vont vers les jeux video. 

 " Les jeux video ça marche pour tous les maux de notre société." -Yann Leroux 

l’OMS a classé l’addiction au jeu video parmi les troubles psychiques, une très mauvaise idée selon Yann Leroux qui pointe le risque de pathologiser des comportements qui ne le sont pas. 

Suit un épisode sur la spécificité de la création d'un jeu video: la logique en arborescence, l'obligation de se mettre en permanence à la place du joueur, la concurrence dans une industrie pléthorique et au final le talent pour créer une bonne histoire, qui tient en haleine tout au long du jeu et qui peut avoir du sens.             

5 images
Chaîne SKYYART Fortnite - capture d'écran © Tous droits réservés

France Culture oblige, la question du patrimoine culturel est posée avec la conservation de ce que d'aucuns nomment aujourd'hui le 10e art. L'obsolescence des supports et des machines pose problème pour des produits culturels dont la naissance remonte à un demi siècle déjà. Et l'accélération de la dématérialisation massive des jeux video pose un autre défi. Dans cet épisode, on découvre que des institutions comme La Bibliothèque Nationale de France et le Conservatoire National du Jeu Vidéo s’emploient à préserver les jeux vidéo des attaques du temps.  

5 images
L'équipe GamersOrigin - Lyon Esport 10 © Tous droits réservés

Jouer c'est un métier 

En introduction à cet épisode, Antoine Tricot écrit sur le site de LSD : "Quand j’étais petit, dans les années 1990, mes amis voulaient être footballeurs ou rappeurs. Aujourd’hui, beaucoup d’enfants rêvent de devenir esportif ou streameur de jeu vidéo. Qui n’a pas rêvé un jour d’être payé à jouer ?" Le streaming et les compétitions d'esport bouleversent l'écosystème du jeu video, créent de nouvelles sources de revenus et de nouveaux métiers: joueur professionnel, streameur (joueur et commentateur sur une chaîne dédiée), casteur, coach. Les chaînes sur la plateforme Twitch rassemblent des millions de spectateur.trice.s chaque jour. La France a très tôt multiplié les équipes de e-sport et Antoine Tricot nous emmène à Tours dans l'entreprise Solary créée en 2017 qui a 40 employés joueurs et streameurs. Solary a 5 équipes de esport et 3 chaînes de web TV, chacune attribuée à un jeu (League of Legends, Fortnite et Hearthbone), qui diffusent 24 heures sur 24 des parties, des commentaires de tournois et des émissions de plateau. Une PME d'un nouveau genre dont les employés ont moins de trente ans avec des revenus issus de la publicité, des abonnements et du sponsoring. 

En conclusion, comme le dit Marie-Jo Anduze-Faris, senior gameuse de 76 ans qui joue depuis 32 ans, le plaisir du jeu video c'est s'amuser plutôt que jouer.

 

5 images
Chaîne SARDOCHE - League of Legends – capture d’écran © Tous droits réservés