Detroit : Become Human - Test

Detroit : Become Human - Test
Detroit : Become Human - Test - © Tous droits réservés

"Il faut avancer avec son temps". Cette phrase bien connue pourrait très bien correspondre à l'un des nombreux points exploités par Detroit : Become Human, le nouveau jeu d'aventure du studio Quantic Dream notamment connu pour son excellent travail sur des jeux comme Heavy Rain et Beyond : Two Souls. Pour la première fois sur console de cette génération, le studio a travaillé d'arrache-pied pour nous créer une histoire digne d’intérêt. Ce titre se veut profond, lourd de sens et riche en questions existentielles. 

Le scénario prend place à Detroit aux USA en 2038 où les humains et androïdes cohabitent, mais pas de manière égale. Qui plus est, la tension est palpable dans la ville, car le chômage a atteint un seuil critique et touche un bon nombre d'Américains. L'homme prend donc pour responsable les machines et développe ainsi une haine viscérale envers ces humanoïdes. Nous suivrons donc l'histoire de 3 androïdes que tout oppose, Kara, Markus et Connor qui sans le savoir, auront une place importante dans l'évolution de leur espèce, mais également de la manière dont l'homme percevra les machines.

Un jeu d'acteur et des graphismes excellents

Durant votre recherche de liberté, vous serez amenés à visiter les coins et recoins de la ville de Detroit. Si le studio a fait un merveilleux travail pour rendre la ville futuriste, il est indéniable qu'en matière de qualité visuelle, c'est une prouesse qui a été réalisée. Autant sur de larges plans de la ville quand dans d’innombrables lieux visitables et riches en détails, Detroit Become Human rivalise avec les meilleurs jeux pour ce qui est de la qualité visuelle.

Le jeu d'acteur s'accorde tout aussi bien. On en vient même à oublier qu'il s'agit de simples machines tant l'exécution des rôles et l'immersion des acteurs dans la peau de leur personnage les rendent plus humains. Ici, aucun faux raccord. La gestuelle et les voix des personnages sont en harmonie avec les lèvres et leurs émotions.

Vos actions ne sont pas gravées dans le marbre

Là où les concepteurs de Quantic Dream s'accordent, c'est lors de votre expérience de jeu : continuez quoiqu'il arrive. En effet, ils insistent sur le fait de persister dans la même aventure peu importe les choix ou les actions que vous faites ou si vous venez à perdre un ou plusieurs personnages, car vous serez étonnés de la manière dont tout se termine. Sachez également qu’une fois le jeu terminé, vous ne serez pas obligés de tout recommencer afin de découvrir les différentes fins. Vous n'aurez qu'à sélectionner le chapitre que vous voulez refaire dans le menu et commencer l'action dans les sauvegardes présente de l’arborescence.

Detroit Become Human parvient donc à nous surprendre agréablement. Les sujets abordés comme le racisme, l'exclusion, l'acceptation de soi, le questionnement par rapport à notre place dans la société, l'esclavagisme sont parfaitement illustrés . Malgré le fait que nous contrôlons et côtoyons des androïdes tout au long du jeu, nous avons été touchés par leur humanité et par leur envie de vivre et de se libérer de l’oppression. Detroit Become Human rejoint le panthéon des jeux solos qui ont quelque-choses d'intense à raconter.

Développeur : Quantic Dream
Editeur : Sony Computer Entertainment
Date de sortie : 25 mai 2018 sur PS4
Type : Aventure
Multi : non
Langues : français