"Surkotés" la géniale série d'animation sur le confinement, créée par des étudiants

Des étudiants viennent de lancer une toute nouvelle série d’animation qui rencontre un vif succès sur les réseaux. Son nom ? "Surkotés". Elle met en scène le quotidien d’étudiants cokoteurs qui tentent, tant bien que mal, de survivre au confinement.

A l’origine de "Surkotés" on retrouve un étudiant très doué, Godfrey Baami-Bandema. Godfrey est diplômé en animation illustration 2D, a fait une spécialisation d’un an en jeux vidéo et poursuit actuellement un master en transmédias. Il a accepté de répondre à nos questions sur sa série d’animation vraiment très originale.

Qui se cache derrière le projet "Surkotés"?

"Je suis l’animateur, l’illustrateur et le créateur de la série. Les deux premiers épisodes, je les ai développés seul. Il faut savoir qu’à l’origine, "Surkotés", c’était un exercice pour un cours. On devait proposer trois épisodes d’une série filmée, sauf que moi, j’adore l’animation et j’ai donc proposé à mon professeur d’ajouter ma touche personnelle. Il a directement été séduit par mon idée mais m’a prévenu que ce serait bien plus compliqué que l’exercice de base. J’ai donc commencé à mélanger film et réalité. Les décors sont réels et les personnages je les ajoute par après en animation. C’est parfait, car c’est ce que je préfère faire, je déteste dessiner les décors.

Vu le succès des deux premiers épisodes, j’ai décidé de m’entourer d’une réelle équipe de production pour le troisième, afin de proposer un résultat encore plus professionnel. Nicolas Laasman s’occupe du marketing et des réseaux, Pablo Exposito Lopez est en charge du webdesign, Emin Ben Kaddour s’occupe du sound design et enfin Martin Delporte du scénario."

La série raconte votre quotidien d’étudiant confiné ?

"BBMG, le personnage principal est le plus normal de la série. Il s’agit d’un étudiant qui subit un peu sa vie à cause de ses cokoteurs. Il est un peu inspiré de moi. Ensuite, il y a Vago, qui est un paresseux qui, par définition, est très lent. Il ne comprend pas tout et forcément ça crée des situations cocasses. Momo et Bobby sont inspirés d’amis et enfin il y a MTM, la radio avec des grosses fesses."

Comment vous est venue l’idée de créer ce personnage de radio qui twerk ?

"(Rires) Tout de suite, j’ai eu envie de proposer un personnage atypique et attachant. La radio c’est un peu notre animal de compagnie et puis c’est aussi ça le principe de l’animation, proposer des choses qui ne pourraient pas se faire en vrai. Vous n’avez jamais vu une radio twerker avant, si ? Quant à son nom, "Mange tes morts" aka "MTM", c’est une insulte gentille que je dis beaucoup à des amis pour blaguer."

Puisqu’à l’origine, "Surkotés" était un devoir, vous allez continuer à sortir des épisodes une fois que celui-ci sera terminé ?

"C’est vrai que je ne m’attendais pas à un tel succès ! Mais ça me donne envie de continuer, ça c’est clair. L’exercice final, je dois le rendre le 22 janvier. Pour la suite, tout dépendra du rythme de production du deuxième trimestre. Je crois que je vais rester réaliste et essayer d’en sortir un par mois. Il faut dire que chaque minute d’épisode représente environ 1 semaine et demie intense de travail. Le dernier fait 5 minutes, faites le calcul… Et pourtant, je suis assez rapide en animation ! "

Quelles sont vos inspirations en matière de films et séries d’animation ?

"J’ai envie de citer l’humour de "The Office" ou encore de "Rick et Morty" et pour ce qui est du mouvement et de la chorégraphie des corps je citerai "Avatar Aang". Ce sont des inspirations, mais le but ici est vraiment de créer un style très personnel, reconnaissable en un coup d’œil."

Au départ, la s’appelait "Confinés" pour l’avoir changé en "surkotés"?

"Au départ, comme je vous l’expliquais, la série était censée durer 3 épisodes et parlait de mon confinement uniquement. Mais comme elle a du succès, on a changé de nom afin qu’elle ait encore du sens quand le confinement sera fini. Au final, "Confinés", c’est le thème de la saison 1. La saison 2, si elle voit le jour, abordera une autre thématique. On espère qu’on sera déconfinés d’ici là !"

Les aventures des "Surkotés" sont à suivre sur la page Facebook du projet.