Quora : il n'y a pas de question idiote

Quora : il n’y a pas de question idiote
Quora : il n’y a pas de question idiote - © Tous droits réservés

Quora est un site qui voudrait bien répondre à toutes les questions que vous vous posez. 

 

Est-ce que Clark Kent enfile un costume pour devenir Superman, ou est-ce que Superman enfile un costume pour devenir Clark Kent ? Pourquoi dit-on que le chocolat belge est le meilleur au monde ? Pourquoi les chevaux dorment-ils debout tandis que de nombreuses autres espèces ne le font pas ? Est-ce que 4chan a eu une influence sur la victoire de Donald Trump ? Voici quelques-uns des exemples de questions que l’on peut retrouver sur le site Quora. Créé aux Etats-Unis par deux anciens de Facebook, Quora a vu le jour en avril 2009 et son pendant francophone est disponible en version bêta depuis fin février 2017. Quora est un peu calqué sur le modèle de Yahoo! Answers sur lequel un utilisateur vient poser une question de n’importe quel type et des internautes viennent lui répondre. Des votes pour les meilleures réponses sont ensuite comptabilisés. Cependant, Quora semble plus développé et attirer davantage de sérieux contrairement à Yahoo, capitale des trolls. Les utilisateurs doivent d’ailleurs apparaître sous leur vrai nom.

 

Sur Quora, qui a atteint 100 millions de visiteurs en 2016, des utilisateurs lambda mais aussi des experts et personnalités viennent répondre aux questions citoyennes, tout repose sur le côté collaboratif. C’est ainsi qu’Hillary Clinton est venue faire un tour sur le site durant sa campagne électorale qui l'opposait à Donald Trump. Justin Trudeau vient aussi volontiers répondre à des questions sur ses goûts culturels et l’on apprend qu’il est adepte des livres de Stephen King et la série The Leftovers.

 

Au delà de la simple curiosité, de vrais débats prennent forme sur Quora, qui détermine au préalable les sujets qui peuvent vous intéresser en sondant vos centres d’intérêts dans un premier temps. Tout le succès du site tient dans son esprit communautaire et l’étendu des sujets proposés. A voir désormais si le petit frère francophone fera aussi bien que l’anglophone et si toutes les interrogations seront résolues. 

 

Le site est à visiter ici.