Podcast : "C'est confiné", écoutez le meilleur des messages vocaux envoyés durant le confinement

Podcast: "C'est confiné", écoutez les messages vocaux envoyés durant le confinement
Podcast: "C'est confiné", écoutez les messages vocaux envoyés durant le confinement - © Tous droits réservés

"Je suis en plein apéro WhatsApp avec des amis, à ce tarif-là on va tous finir alcooliques et obèses…" Vous avez laissé ce genre de messages vocaux à vos proches ? Alors, vous allez vous reconnaître dans le podcast "C’est confiné".

Drôles, inquiets, tristes, impatients,... vos messages vocaux racontent le confinement dans le podcast "C’est confiné" de Mathilde Guermonprez de Arte Radio. "La récolte fut difficile mais intense : de fin mars à mi-avril, on a reçu 229 messages vocaux venus de 61 contributeurs, soit 3 heures et 54 minutes de rushes qui racontent les vies confinées de la plupart d’entre nous. Mais aussi celles de soignants, caissières et factrices qui continuent à travailler sur le terrain" explique la créatrice du podcast. Après tri, Mathilde Guermonprez a gardé et monté au total 11 minutes de messages, d’hommes, de femmes, de parents, d’étudiants, de grands-parents, de facteurs, de docteurs…

Il s’agit d’un podcast bourré d’émotions auxquelles on peut tous s’identifier. En effet, durant le confinement, nous sommes tous, ou presque, passés par différents paliers: la peur, la joie, l’inquiétude, la lassitude… " Meuf, je crois que je fais un breakdown en fait, c’est chaud […] c’est pas normal d’avoir un fou rire pour une photo, et après ça m’a fait chialer, parce que je me suis rendu compte que j’ai pas ri comme ça depuis trop longtemps" résume très bien le message vocal d’une jeune femme dont la voix est prise d’un rire mêlé à un sanglot. On entend aussi une jeune femme chanter désespérément "All by myself, don’t wanna be… all by myself anymore."

Dans certains messages, on découvre que l’entente avec les voisins n’est pas toujours rose. "Ce serait bien qu’on vive en bonne entente, qu’on reste en bons termes, ce n’est pas le moment de s’embrouiller avec ses voisins, bonne soirée madame" laisse une voisine visiblement excédée sur un répondeur. Sur fond musical, on entend un autre message qui dit ceci : "ce que tu entends là, c’est le voisin qui donne des cours sportifs par Skype toute la journée… tous les jours" explique une autre femme à bout de nerfs.

Et puis il y a les messages des soignants, qui sont forcément plus durs et plus poignants que les autres : "En réanimation, ils ont dû choisir qui sauver car on manquait de médicaments… C’est quelque chose auquel je n’avais pas pensé" ou encore ce commentaire d’une étudiante qui donne des frissons dans le dos : "et lundi, il était déjà mort."

"C’est confiné", c’est un beau témoignage sonore d’une époque un peu étrange qu’on sera sans aucun doute curieux de redécouvrir dans quelques années.