Pixar dévoile deux nouveaux courts-métrages et s'engage contre le racisme anti-Asiatique

Pixar vient de dévoiler deux nouveaux courts-métrages qui, comme d’habitude, réchauffent les cœurs et font verser quelques larmes dans les chaumières. En partageant ces deux courts-métrages, Pixar s’engage également dans la lutte contre le racisme anti-asiatique, qui prend de plus en plus d’ampleur aux Etats-Unis suite à la pandémie de coronavirus.

Le premier court-métrage partagé par Pixar s’intitule "Float" et met en scène un papa célibataire et son petit garçon aux pouvoirs surprenants. Si ce petit bout est très spécial, sa différence n’est pas facile à assumer pour son papa devant les autres parents d’enfants. Excédé par les regards des autres, le papa finit par souhaiter que son enfant soit plus "normal"… 

Le deuxième court-métrage est intitulé "Wind". Il raconte l’histoire d’une grand-mère et son petit-fils qui vivent dans un monde obscur et dans des conditions précaires. Pour s’en échapper et essayer d’atteindre une vie meilleure, ils construisent ensemble une sorte d’objet volant non identifié…

En plus d’être de belles histoires, "Float" et "Wind" sont deux courts-métrages engagés dans la lutte contre le racisme anti-Asiatique. Les mini-films ont tous les deux été accompagnés par ce message lors de leur publication sur Youtube : "Pixar Animation Studios et les réalisateurs SparkShorts de "Wind"/"Float" sont solidaires des communautés asiatiques et asiatiques américaines et contre la haine anti-asiatique sous toutes ses formes. Nous sommes fiers de la représentation à l’écran dans ce court métrage et avons décidé de le rendre largement disponible, pour célébrer ce que les histoires mettant en vedette des personnages asiatiques peuvent faire pour promouvoir l’inclusion partout." Les deux courts-métrages ont en outre été réalisés par des cinéastes asiatiques : Edwin Chang, pour "Wind" qui est Coréen et Bobby Rubio pour "Float" qui est americano-philippin. Depuis leur publication, "Float" a déjà été visionné 4.9 millions de fois et "Wind" récolte plus d’un million et demi de vues.

Si Pixar pointe le racisme anti-Asiatique qui est en augmentation en ce moment aux Etats-Unis, ce phénomène n’est malheureusement pas isolé. Le racisme anti-Asiatique est bel et bien un phénomène qui est en train de se banaliser dans tous les pays touchés par le coronavirus, dont la Belgique. Chez nous le MRAX (Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie) a reçu plus de signalements concernant du racisme anti-Asiatique en 2020 qu’en 2019 selon Moustique. Nous vous proposons de réécouter à ce sujet "Le dossier de la rédaction" de La Première consacré au racisme anti-Asiatique.

Michelle Lee, rédactrice en chef du magazine beauté Allure a lancé récemment sur les réseaux sociaux le hashtag #StopAsianHate afin de dénoncer les actes et propos racistes dont sont victimes les communautés asiatiques du monde entier. Depuis son appel sur Instagram, les témoignages affluent des quatre coins du monde sur tous les réseaux. Les personnes qui témoignent espèrent attirer l’attention sur les discriminations dont elles sont victimes et attendent un débat public autour du racisme anti-Asiatique.