On adore "L’émoustille", la nouvelle newsletter qui fait la promotion de femmes artistes

Une toute nouvelle newsletter a fait son apparition dans le paysage médiatique belge. Elle s’appelle "l’Emoustille", a été lancée par quatre copines et vous propose une fois par mois, de découvrir des artistes femmes qui les ont bouleversées.

Noémie Jadoulle, Audrey Vanbrabant, Camille Toussaint et Lena Celnik sont quatre amies qui aiment se retrouver en terrasse ou au coin du feu pour parler des derniers films/bouquins/spectacles qu’elles ont adorés, qui les ont fait se questionner, rire ou pleurer à chaudes larmes. Il y a quelques mois, elles ont eu l’idée de lancer une newsletter pour partager tous ces bons plans culture avec le plus grand nombre. Sauf qu’il ne s’agit pas d’une newsletter culturelle comme les autres… "L’idée de cette newsletter c’est vraiment de visibiliser des artistes femmes. On est parties du constat que la promotion d’artistes hommes, que ce soit en littérature, en cinéma ou en arts plastiques est toujours beaucoup plus importante que celle réservée aux artistes femmes. Notre souhait est vraiment d’essayer de rééquilibrer la balance, à notre niveau, d’où l’idée de sortir cette newsletter" confie Audrey Vanbrabant.

Si "L’émoustille" fait la promotion de femmes, le propos n’est pas féministe pour autant précise Audrey : "Les propos abordés dans les œuvres présentées dans la newsletter ne sont pas nécessairement féministes bien que, globalement les artistes auxquelles on s’intéresse toutes les quatre sont dans une démarche et une réflexion qui est féministe et interculturelle. L’idée n’est pas de faire une newsletter exclusivement féministe, même si on doit le reconnaître, la démarche l’est forcément un peu."

C’est vraiment un projet de copines qui ont envie de parler de choses qui les font kiffer.

Les quatre rédactrices de "l’Emoustille" précisent également sur leur compte Instagram et sur leur site internet qu’il s’agit d’une newsletter subjective totalement assumée qui met en avant leurs coups de cœur personnels pour telle ou telle artiste. Le point commun entre toutes ces femmes qui présentées à chaque numéro de "l’Emoustille" est qu’elles ont réussi à provoquer une émotion intense dans les petits cœurs d’Audrey, de Lena, de Camille et Noémie. D’où le nom si joliment trouvé : "l’Emoustille"! "On ne va pas forcément entrer dans les détails et la description de l’œuvre, on va plutôt insister sur ce qu’on a ressenti en découvrant l’artiste" précise Lena Celnik.

Quel contenu dans "l’Emoustille"?

 

Chaque mois, "l’Emoustille" vous proposera trois recommandations d’œuvres à lire, à écouter, à regarder et à vivre en live : des romans, des essais, de la bande dessinée mais aussi de la littérature jeunesse, des podcasts, des pièces de théâtre, des films, des séries, ou encore le dernier album d’une artiste émergeant… "On présente des oeuvres qui nous émeuvent, nous questionnent, nous aident à nous déconstruire. Celles qu’on n’entend pas assez, qu’on ne voit pas assez. Des découvertes culturelles en tous genres et pour tous les goûts" telle est la promesse de "l’Emoustille".

De la littérature à l’illustration en passant par le cinéma, les chaînes YouTube, les comptes Insta, les séries, le porno ou le théâtre.

Ce qui différencie "L’Emoustille" des autres newsletters et contenus féministes disponibles sur le web et les réseaux, c’est son ancrage belge confie Audrey Vanbrabant : "On a ce grand syndrome de l’imposture belge qui fait qu’on regarde toujours ce qui se fait en France, on écoute énormément de podcasts français, on lit des newsletters françaises et au final on s’intéresse toujours à un féminisme porté par des Françaises. A une échelle belge, il n’y a quasiment rien. C’est pourquoi dans "l’Emoustille" on veut vraiment mettre l’accent sur les artistes femmes ET belges. Il faut arrêter de baser la notoriété d’une artiste uniquement sur son succès en France ! Il y en a plein qui s’en sortent très bien en Belgique et dont on entend pourtant jamais parler."

Bien plus qu’une simple newsletter, les filles peuvent compter sur le talent de l’illustratrice Camille Toussaint pour décorer "l’Emoustille": "Il y a tout un travail visuel non négligeable: ce n’est pas juste un bloc de texte avec des photos libres de droit. Les illustrations de Camille rendent la newsletter plus jolie et agréable à lire. Camille a un talent fou et arrive à bien mettre nos artistes en avant grâce à ses illustrations" nous fait remarquer Lena Celnik, qui vous invite d’ailleurs à jeter un coup d’œil à leur compte Instagram pour découvrir le talent de leur copine.

A chaque Newsletter, son invitée !

En plus des quatre super nanas qui composent l’équipe de "l’Emoustille", chaque numéro vous proposera de rencontrer une nouvelle femme : "On a conscience que nous sommes 4 femmes blanches, cisgenres et hétéros, c’est aussi pour ça que pour chaque newsletter, on a décidé d’avoir une invitée spéciale qui nous présentera une recommandation bien à elle en plus des nôtres. Cela nous permet de sortir de nos cercles et de ce que l’on a l’habitude de consommer comme œuvres culturelles. Et surtout, d’être le plus représentatif possible. Puis ça fait des rencontres et des découvertes, c’est ça aussi l’Emoustille !" explique Lena Celnik. L’invitée de la première newsletter s’appelle Letizia Finizio et elle vous propose de découvrir l’univers touchant d’Avril Avilas, graphiste, illustratrice et autrice. Chaque invitée pourra ensuite à son tour inviter une autre femme à prendre part à la newsletter.

Cette première newsletter est aussi terrifiante qu’un premier job, mais aussi excitante qu’un premier baiser, aussi rafraîchissante que ce premier verre en terrasse…

Le premier numéro de la newsletter est sorti aujourd’hui et le moins que l’on puisse dire c’est que le succès est au rendez-vous ! "On s’était dit que pour une première, 100 abonnés ce serait bien. On a réfléchi longuement et on a conclu que chacune pouvait facilement recruter 25 personnes prêtes à recevoir nos recommandations pleines d’émotions. Puis, on a commencé à parler du projet autour de nous, sur notre page Instagram, sur Facebook, et soudainement vous étiez là, des centaines de petites adresses mails aussi enthousiastes que nous. Aujourd’hui, vous êtes 409 et on voulait déjà vous remercier de faire partie de l’aventure L’Émoustille" écrit Noémie Jadoulle dans ce premier numéro.

A vous de continuer à faire grossir le compteur de "l’Emoustille" en vous inscrivant à votre tour à la newsletter : c’est par iciRendez-vous le mois prochain pour de nouvelles recommandations de qualité et dès à présent sur leur compte Instagram pour du contenu inédit et faire de belles découvertes ! Une belle initiative à partager sans modération.