Le podcast "Gardiens de la paix", une immersion dans l'univers raciste de la police de Rouen

Le podcast "Gardiens de la paix", une immersion dans l'univers raciste de la police de Rouen
Le podcast "Gardiens de la paix", une immersion dans l'univers raciste de la police de Rouen - © Tous droits réservés

"Nègre", "fils de pute", voici quelques-unes des insultes échangées par des policiers, au sujet d’un de leur collègue noir dans une discussion Whatsapp privée. Le podcast "Gardiens de la paix" dénonce le racisme et le fascisme de membres de la police de Rouen.

Le racisme et les violences policières sont au cœur de l’actualité depuis plus d’une semaine, suite au décès de George Floyd, un Afro-Américain sauvagement abattu par un policier blanc. Tous les regards sont tournés vers les Etats-Unis et pourtant, on aurait tort de penser que nous sommes mieux lotis en Europe. Il suffit de jeter une oreille au podcast "Gardiens de la paix" pour en avoir le cœur net.

Dans ce podcast réalisé par Ilham Maad, on découvre l’histoire d’Alex, membre d’une unité de police d’escorte de Rouen, qui a découvert les horreurs que ses collègues s’échangeaient sur un groupe Whatsapp privé. Des propos racistes, homophobes, misogynes et antisémites, qui parfois lui étaient directement adressés. "Il fait vachement plus clair de peau en photo qu’en vrai", "il fait son travail comme un nègre"… Une dizaine de ses coéquipiers font partie de ce groupe et participent à ces échanges haineux. Certains sont encore stagiaires en école de police, d’autres, comme lui, sont policiers titulaires depuis plus de 20 ans.

Quand Alex a découvert ces propos, il est tombé de haut. Il pensait bien s’entendre avec ses collègues : "ça vous remet à votre place, ça vous rappelle que vous devez encore et toujours vous protéger, et ne pas péter un plomb. Parce que si vous pétez un câble, c’est contre vous que tout peut se retourner." Certains de ses collègues vont jusqu’à se revendiquer du fascisme et du suprémacisme blanc.

Alex décide alors de porter plainte, ce qui déclenche une enquête interne qui est toujours en cours. "J’ai fait des captures d’écran et des enregistrements audio. Pendant 6 heures j’ai enregistré tout ce que je pouvais comme preuves, ça n’a pas été facile. Je pense que cela a été une de mes pires journées dans la police."

Suite à l’enquête interne, Alex a été muté dans une autre unité. Ses collègues eux, sont toujours en poste. "Dans ce milieu, déposer plainte contre ses collègues c'est toujours mal vu. J'aurais pu être considéré comme un paria. (...) On m'a entendu, on m'a écouté, j'ai senti ce soutien direct."

Pour écouter le podcast "Gardiens de la paix", d'une durée de 30 minutes, c'est par ici ou via la vidéo Youtube présente dans cet article. Pour en savoir plus sur cette affaire, une enquête a été menée par Médiapart sur le sujet que vous pouvez retrouver à cette adresse.