"La Esperanza Del Café", la chanson de deux frères belgo-salvadorien pour sensibiliser à la crise du café

Amateurs de café, sachez que le prix que vous payez pour votre or noir est bien inférieur au coût de production… C’est ce que dénoncent deux chanteurs issus du Salvador et ayant grandi à Bruxelles.

Antonio et Alvaro Morales sont deux chanteurs salvadoriens qui ont passé toute leur enfance à Bruxelles. Au Salvador, ils jouissent d’une carrière de chanteurs professionnels et bénéficient d’une belle renommée. Ces deux frères ont décidé d’utiliser leur notoriété pour sensibiliser le plus de monde possible à la crise du café en sortant la chanson "La Esperanza Del Café".

En avril dernier, la livre de grains de café se négociait à un dollar, ce qui est le niveau le plus bas depuis 13 ans ! La plupart des producteurs sont impuissants face à la volatilité du prix de référence déterminé à New York. Le problème c’est qu’à 1 dollar/livre, c’est un prix qui est bien inférieur au coût de production et comporte de lourdes conséquences pour tous les maillons de la chaîne de production du café. De plus en plus de producteurs d’Amérique centrale, et particulièrement du Salvador, sont obligés d’abandonner leurs terres et migrent vers les USA pour tenter leur chance. Une situation qui est très inquiétante.

C’est pour sensibiliser à cette problématique grave que les frères Morales ont décidé d’écrire la chanson "La Esperanza Del Café". Pour illustrer le commerce équitable dans leur clip, les frères Morales ont décidé de tourner leur clip en partie en Amérique Latine, dans les pays producteurs de café et à Bruxelles, ville où ils ont grandi et où on consomme énormément de café. Ils souhaitaient illustrer les ponts qu’il y a entre producteurs et consommateurs. Dans le clip de "La Esperanza Del Café", on peut notamment reconnaître le Palais de Justice de Bruxelles ainsi que deux établissements qui servent du café fairtrade : exki chaussée d’Ixelles et le restaurant Kamilou, rue d’Edimbourg à Matongé.

Avant le café du matin, faudrait bien se demander d’où il vient.

La chanson est en espagnol mais un des couplets est en français, dans celui-ci ils demandent clairement aux consommateurs de payer un prix juste pour leur café : "Avis aux consommateurs, exigez un prix juste, le café vient d’ailleurs, ça peut changer les choses. Avant le café du matin, faudrait bien se demander d’où il vient." Ce n’est pas la première fois que les frères Morales défendent une cause dans leur chanson. En 2010, ils avaient sorti avec leur groupe une chanson dédiée au réchauffement climatique.

Pour suivre le parcours musical des frères Morales suivez la page Facebook de leur groupe ou leur chaîne Youtube.