"La Dactylo", la street artiste qui joue avec les mots dans la rue et sur Instagram

"La Dactylo", la street-artiste qui joue avec les mots
2 images
"La Dactylo", la street-artiste qui joue avec les mots - © Tous droits réservés

"Tout vient à point à qui sait être tendre" peut-on lire dans les rues de Paris ou d’Angoulême. Cette œuvre de street art on la doit à "La Dactylo", une artiste qui joue avec les mots sur internet et dans la rue.

"L’ego est un je de construction", "Je m’attache à toi lierre de rien", de jolies phrases poétiques viennent embellir le quotidien des parisiens et des abonnés du compte Instagram "La Dactylo", une artiste de 28 ans qui manie les mots avec beaucoup de malice.

L’aventure de "La Dactylo" a commencée sur les réseaux il y a un an et demi en créant un compte Instagram sur lequel elle s’est mise à poster des jeux de mots poétiques et savoureux. Aujourd’hui, elle comptabilise 10.000 abonnés, une petite notoriété. Pour se démarquer des autres comptes Instagram qui jouent avec les mots, elle a décidé de se la jouer rétro : "J’aime l’idée du côté rétro de la dactylo, son côté décalé, mais pas sur la touche pour autant. En outre, je trouve que ce concept de la fin de phrase en mouvement, qui s’écrit au fur à mesure qu’on la lit, apporte une vraie dynamique au propos" explique l’artiste dans une interview de "A Nous Paris".

Si l’artiste est présente sur les réseaux, c’est dans la rue que "La Dactylo" préfère s’exprimer à l’aide de pochoirs. Ses séances de tag à Paris lui ont déjà valu deux arrestations confie "La Dactylo" au journal Charente Libre : "Généralement, mes sessions de tag se passent bien mais il faut être rapide, en trois minutes c’est plié."

L’artiste tag dans tous les arrondissements de Paris. Parfois, elle s’invite à des adresses qu’elle connaît, pour laisser des messages à ses proches. Lorsqu’elle voyage, elle en profite pour laisser quelques jeux de mots sur les murs de la ville qu’elle visite. C’est le cas à Angoulême, où la jeune femme s’est rendue durant le mois de juin. "La Dactylo" en a laissé quelques-uns de ses meilleurs jeux de mots sur les murs, sols, et autres surfaces de la ville.

Si l’artiste a développé un mini-commerce de pochoirs sur toile, elle ne souhaite pas développer son art en business : "Établir un commerce mercantile n’est pas mon objectif, je suis dans une démarche artistique. Le street art doit rester dans la rue."

Voir cette publication sur Instagram

Ciao !

Une publication partagée par ???????? ???????????????????????????? (@ladactylo) le