Faites découvrir l'univers merveilleux du dessinateur Grégoire Solotareff à vos enfants

Voir cette publication sur Instagram

#videooftheday #histoire #confinement J31 la #vie #secrète de la #forêt @ecoledesloisirs LE PARE-BISE Mike n’aimait pas les baisers. Cherchant un moyen de déplaire aux lapines (les mâles ne s’embrassant pas entre eux, il n’eut pas à s’en protéger), il se tartina de confiture les poils des joues. Ce qui eut l’effet inverse de celui auquel il s’attendait : les lapines ne se contentèrent plus de lui faire des bises, elles se mirent à le lécher. Il décida alors de mettre une cagoule, mais il faillit mourir de chaud. Il eut ensuite l’idée de porter des lunettes électriques, mais il se prenait des décharges dès qu’il les chaussait. En désespoir de cause, il alla voir Ab the Rab, le vieux lapin anglais qui savait à peu près tout sur tout. Ab lui dit: – C’est simple, il faut que tu portes un Pare-Bise! Mike était bien avancé. – Qu’est-ce que c’est? demanda-t-il. – Trouve toi-même, lui dit Ab. Mike, furieux, pensa: c’est toujours pareil avec Ab, il faut qu’on fasse tout soi-même. Soi-disant pour «aiguiser son intelligence». Il alla voir sa mère et lui demanda: – Dis, Maman, sais-tu ce que c’est qu’un Pare-Bise? – Non, lui dit sa mère, je ne vois pas. Dis, à propos, tu ne m’as pas fait de bise, ce matin ! Viens ici, mon mignon ! Mike s’en fut en courant dans sa chambre, et ferma la porte à clef. Au fond, pensa-t-il, il suffirait d’avoir une sorte de vitre arrondie, un cylindre transparent qui ferait le tour complet de la tête et qui descendrait jusqu’aux épaules, de telle sorte qu’on ne puisse plus vous embrasser du tout, même par surprise, comme sa mère le faisait si souvent. Sa trouvaille eut beaucoup de succès. Tous les lapins de son âge eurent envie d’avoir le même Pare-Bise. Le vieux lapin avait donc eu raison. Mike, en réflé- chissant, avait trouvé lui-même la solution à son pro- blème. Il avait inventé le Pare-Bise. Quand Mike eut treize, quatorze ans, il eut le problème inverse. Il voulait que les lapines l’embrassent sans arrêt. Or elles ne l’embrassaient plus. Le vieux lapin lui dit alors : – C’est simple, tu n’as qu’à inventer un Attire-Bise. Et ne me demande pas ce que c’est. Trouve toi-même!

Une publication partagée par Grégoire Solotareff (@gregoiresolotareff) le

Sur son compte Instagram ou sur le site de sa maison d’édition, le dessinateur Grégoire Solotareff propose de nombreuses activités pour occuper les plus petits durant le confinement.

Grégoire Solotareff est un dessinateur spécialisé dans le livre jeunesse. Il est notamment connu pour sa série Loulou, qui raconte l’amitié entre un loup et un lapin. De magnifiques histoires sur la rencontre de l’autre, la peur qu’elle peut provoquer et l’acceptation de la différence.

Sur son compte Instagram, l’auteur publie fréquemment des vidéos qui montrent comment il s’y prend pour réaliser ses illustrations. Il part d’une page blanche et au fur et à mesure que la vidéo avance, les personnages prennent vie. C’est fascinant d’assister au processus de création d’un si grand dessinateur.

Une sélection des albums les plus emblématiques de sa maison d’édition "L’Ecole des Loisirs" est également à retrouver en podcast ! "Loulou, le loup" de Grégoire Solotareff, "Le chien bleu" de Nadja ou encore "Pop, le dinosaure" de Pierrick Bisinski et Alex Sanders sont autant d’histoires que vous pouvez à présent faire écouter à vos enfants.

Et enfin, sur le site de l’Ecole des Loisirs, vous trouverez également de nombreuses idées d’occupations proposées par Grégoire Solotareff : un quiz, des haikus, un memory et des dessins à compléter, colorier. De quoi faire plaisir aux petits comme aux grands.

 

Des idées visionnaires

Dans un article du journal Le Monde, on apprend que le dessinateur a eu une intuition assez juste sur la situation que nous vivons en ce moment même. Avant, le début du confinement, le dessinateur a eu effectivement en tête deux idées originales : la première étant celle de travailler sur le thème "du voyage sans bouger de sa chambre" et la deuxième sur la probable "vengeance des animaux" suite au dérèglement climatique causé par l’homme.

Quand on regarde de plus près la pandémie de COVID19, des milliards de personnes confinées chez elles, à cause d’un virus venant d’un animal vendu sur un petit marché en Chine… On se dit que le dessinateur a vu juste. " Je ne suis toutefois pas sûr de retenir l’un ou l’autre sujet. J’ai pour habitude de lancer beaucoup de pistes avant de démarrer un nouvel album, et d’en laisser pas mal de côté." Il faudra suivre l’actualité de Grégoire Solotareff pour voir si ces idées vont aboutir sur un nouveau livre jeunesse ou non.