"Des sneakers comme Jay-Z", le projet photos qui fait parler les migrants et leurs vêtements

"Des sneakers comme Jay-Z", le projet photos qui fait parler les migrants et leurs vêtements
4 images
"Des sneakers comme Jay-Z", le projet photos qui fait parler les migrants et leurs vêtements - © Tous droits réservés

"Des sneakers comme Jay-Z", c’est la demande qu’un jeune Afghan a faite un soir à la boutique d’Emmaüs Solidarité au Centre de Premier Accueil de la porte de la Chapelle à Paris. De cette demande, qui pourrait paraître anodine, est né un projet photo qui tend à rendre un peu d’humanité aux migrants à travers leurs vêtements.

Ils sont Afghans, Soudanais, Erythréen, Maliens, Guinéens… Ils sont pour la plupart très jeunes et tous ont accepté de poser devant l’appareil de deux photographes : Frédéric Delangle et Ambroise Tézenas. Ils ont raconté leur histoire et expliqué pourquoi, à la boutique Emmaüs Solidarité, qui propose des chaussures et vêtements de seconde main, ils avaient choisi un pull plutôt qu’un autre, une paire de chaussures plutôt qu’une autre.

L’idée de ce projet photos est né un soir d’hiver 2017 explique Valérie, bénévole Emmaüs et initiatrice du projet : "Zaman, un jeune Afghan – arrivé en bermuda et en tongs après avoir marché seize mois depuis Kaboul –, s’est présenté à la boutique et m’a demandé sans trop y croire, si par hasard, dans le tas de tennis usagées que je lui présentais, nous n’aurions pas une paire de baskets, " pas moches ", des sneakers… Comme celles de Jay-Z'."

Cette demande qui a priori, pourrait paraître anodine, a résonné dans les oreilles des bénévoles et a conduit quatre d’entre eux et deux photographes à s’interroger sur la fonction sociale que pouvait porter le vêtement pour les réfugiés. Une couleur qui leur rappelle leur terre natale, une marque pour se fondre dans la masse des Occidentaux, un pull à capuche qui leur donne un sentiment de sécurité, les vêtements que les réfugiés choisissent de porter peuvent en dire long sur leur personnalité, leur histoire, leur individualité. C’est ce que ces bénévoles du centre Emmaüs Solidarité du Centre de Premier Accueil de la porte de la Chapelle à Paris, ont voulu démontrer via le projet photos intitulé "Des sneakers comme Jay-Z".

Le projet photo a remporté la première édition du prix du Ooshot Awards qui récompense un travail de commande photographique. Pour en savoir plus sur le projet rendez-vous sur le site "Des sneakers comme Jay-Z".

Ibrahim, 18 ans, Guinéen

" J’ai 18 ans et je suis guinéen. Mes autres habits, ce sont mes amis qui me les ont donnés. Je n’ai rien, moi. J’aime le noir. Ce sweat noir. Dans la rue on n’est pas bien habillé. Je suis entré vendredi ici, j’étais dans la rue. Je n’ai rien d’autre que ce que j’ai sur moi. "

Ali, 24 ans, Somalien

"J’ai 24 ans et je viens de Somalie. Je porte ce sweat-shirt 'Ici c’est Paname' parce qu’il est cool. Je ne sais pas vraiment s’il est à la mode en France… Car quand je suis arrivé ici, j’étais très malade, j’ai passé deux mois à l’hôpital, je viens de sortir. Je n’envoie jamais de photo de moi à ma famille ou à mes amis, mais je vais envoyer celle que vous avez faite aujourd’hui. Avec ce sweat 'Ici c’est Paname'."

Ibrahim, 23 ans, Ivoirien

J’ai 23 ans. Je viens de Côte d’Ivoire. J’ai choisi ce manteau noir car le noir se marie avec tout. Et cela symbolise aussi mes origines. Je suis africain. J’ai la peau noire et j’aime tout ce qui est noir. Avec les rumeurs qui courent et avec l’immigration, c’est important de savoir que blanc ou noir… On forme une famille avec la France. Etant réfugié, il est très important de bien s’habiller car un adage dit : “Il vaut mieux plaire que faire pitié.” "