Cet artiste détourne l'utilisation de la machine à écrire pour faire de l'art

Cet artiste détourne l'utilisation de la machine à écrire pour faire de l'art
Cet artiste détourne l'utilisation de la machine à écrire pour faire de l'art - © Tous droits réservés

Il est loin le temps où l’on utilisait des machines à écrire pour taper des textes ou envoyer des lettres d’amour. L’artiste James Cook a réussi à donner une seconde vie à cet objet obsolète.

James Cook, 23 ans, est un artiste qui a eu une idée originale : utiliser les 43 touches de sa machine à écrire pour créer des œuvres d’art. Ses tableaux sont donc composés de chiffres, de lettres et de ponctuation. Certains dessins ont été réalisés avec plus de 100.000 caractères ! Imaginez la patience de James Cook pour arriver au bout d’une seule toile… Pour un seul dessin, l’artiste a besoin d’une semaine de travail à un mois, en fonction de la grandeur de celui-ci.

"Chaque dessin est assemblé à partir d’une variété de caractères, de lettres et de signes de ponctuation en utilisant les quarante-quatre touches d’une machine à écrire typique. Les informations sont superposées et les touches sont tapées à des pressions variables pour obtenir un ombrage ton sur ton." explique James Cook sur son site internet.

James Cook a déjà réalisé des pochettes d’album et des couvertures de livre. Il reçoit des commandes de portraits venant des quatre coins du monde. Si la plupart de ses œuvres sont en noir et blanc, certaines ont également quelques éléments de couleur rouge. Si vous observez l’une de ses toiles de plus près, vous découvrirez que pour réaliser des ombrages sur ses œuvres, James Cook utilise le symbole "@" à de nombreuses reprises. L’artiste s’amuse également à cacher des messages écrits dans ses œuvres. Seuls les observateurs les plus attentifs pourront les découvrir, de quoi ajouter une autre dimension aux dessins créés avec la machine à écrire.

Sa première machine à écrire, James Cook l’a achetée en 2014, à un vieux couple qui vidait son grenier. Après quelques heures d’entretien, l’artiste a réussi à transformer cette banale machine à écrire en machine bien huilée pour dessiner. Aujourd’hui, six ans plus tard, le jeune artiste a agrandi sa collection et en possède plus d’une trentaine !

Pour découvrir le reste de son travail, nous vous invitons à suivre son compte Instagram ou son site internet.

Une technique inspirée par Paul Smith

James Cook n’est pas le premier à utiliser la machine à écrire comme outil pour dessiner. Il tire en réalité son inspiration de l’artiste Paul Smith (1921-2007). Il est le premier "artiste de machine à écrire". Né à Philadelphie, Paul Smith souffrait d’une paralysie cérébrale sévère. Utiliser la machine à écrire est le moyen que cet artiste a trouvé pour pouvoir dessiner des paysages, des portraits. Les dessins de Paul Smith étaient incroyablement détaillés, estampillés de milliers de lettres, de chiffres et de signes de ponctuation.

Le contrôle et la précision de la machine à écrire mécanique ont pu aider Paul Smith à traverser sa paralysie cérébrale et à produire de nombreuses œuvres d’art pendant plus de 70 ans.