108 artistes et personnalités publiques signent une lettre ouverte pour sauver les hôpitaux français

108 artistes et personnalités publiques signent une lettre ouverte pour sauver les hôpitaux français
108 artistes et personnalités publiques signent une lettre ouverte pour sauver les hôpitaux français - © Tous droits réservés

Véronique Sanson, Florence Foresti, Clara Luciani, Charlotte Gainsbourg, Vincent Lindon, Thomas Piketty, Lomepal et tant d’autres personnalités publiques, chanteurs, écrivains, réalisateurs ont signé une lettre ouverte adressée directement à Emmanuel Macron. Leur demande : plus de soutien pour les hôpitaux français.

Depuis six mois, la grève des services d’urgence paralyse les soins en France. Pour appuyer et soutenir ce mouvement, 108 artistes ont signé une lettre ouverte publiée dans Le Parisien, aux côtés d’une quarantaine de représentants de patients. Parce qu’ils sont eux-mêmes, ou des membres de leur famille, passés par les couloirs des hôpitaux, ou qu’ils sont tout simplement sensibles à la cause.

Vous verrez ce qu’est l’hôpital si un jour vous êtes malade monsieur Macron.

Manque de lits, personnels surmenés et en sous-effectifs, manque de matériel, les revendications sont nombreuses et sérieuses. C’est un plan d’urgence que demande cette lettre.

"Cet appel, c’est celui de monsieur et madame tout le monde qui constate qu’il est de moins en moins bien soigné correctement à l’hôpital public, parce que les personnels, noyés sous les réorganisations, les pénuries d’effectif et de matériel, n’en ont tout simplement plus les moyens" explique Marie Citrini au Parisien, l’une de ses signataires qui défend les droits des patients à l’AP-HP.

Des artistes qui connaissent bien les hôpitaux

Certains artistes qui ont signé la lettre ouverte connaissent bien les hôpitaux car ils souffrent de maladies. Lomepal par exemple, il est sujet à de crises d’angoisses appelées "déréalité". C’est notamment pour cette raison qu’il tient à soutenir les hôpitaux publics. Il a déjà soutenu auparavant une autre cause médicale, #treatment4all, à l’initiative de Solidarité Sida.

On peut également citer Véronique Sanson, qui se bat depuis un an contre un cancer de la gorge. Dans la lettre, l’artiste explique qu’elle a pu observer la détresse et la surcharge de travail du personnel soignant de très près durant son traitement.

La lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Voici la lettre ouverte qui a été publiée dans Le Parisien.

M. le Président de la République Française

Palais de l’Elysée

55 rue du Faubourg-Saint-Honoré, 75008 Paris

" Monsieur le Président,

Le Grand débat que vous avez organisé a réclamé " plus de service public ". Il a mis au premier rang la Santé et l’Hôpital public.

Pourtant la situation sur le terrain est devenue réellement intenable : les difficultés d’accès aux soins s’accroissent, la qualité et la sécurité des soins se dégradent et nous observons l’épuisement et l’inquiétude des personnels hospitaliers.

Ces difficultés, les usagers de l’hôpital public les constatent tous les jours et en parlent dans les courriers qu’ils adressent aux directions hospitalières.

Des drames se produisent, touchant toutes les catégories professionnelles de l’hôpital mais également les patients. Ces pertes de chance liées au manque de moyens sont inacceptables. On ne peut plus, vous ne pouvez plus attendre de nouveaux drames pour mettre en œuvre un plan d’urgence pour sauver l’hôpital public.

Nous, usagers de la santé et citoyens, soutenons la demande des personnels hospitaliers d’un financement supplémentaire, nécessaire pour :

- Assurer l’ouverture de lits afin que les malades puissent être hospitalisés quand c’est nécessaire et qu’ils ne passent plus des heures voire des jours à attendre couchés sur des brancards ;

- Embaucher le personnel nécessaire dans tous les services pour assurer l’accueil, la sécurité, la qualité et la continuité des soins ;

- Revaloriser les salaires des personnels hospitaliers sachant que nous sommes en 26e position sur les 35 pays de l’OCDE pour le salaire des infirmières.

L’hôpital public a besoin de réformes mais aussi et surtout de moyens pour assurer ses missions dans des conditions acceptables pour les patients et pour les soignants.

Croyez, Monsieur le Président de la République, à notre meilleure considération.