"The Internet Warriors" : la haine online

"The Internet Warriors" : la haine online
3 images
"The Internet Warriors" : la haine online - © Internet Warriors/Guardian

Chaque jour, des centaines de millions de commentaires, tweets ou posts émanent d'Internet. Parmi eux, beaucoup de messages de haine.

 

Leurs auteurs sont racistes, polémistes, homophobes mais assument-ils leurs propos offline ? C'est ce que Kyrre Lien s'est demandé et cela donne "The Internet Warriors", un reportage pour The Guardian sorti le 10 mars dernier. C'est bien connu, les internautes ont tendance à davantage à critiquer et exprimer leurs opinions négatives. Il est bien plus facile de déverser la haine à couvert, derrière un écran. Dans "The Internet Warriors", Kyrre Lien est parti à la rencontre de ces personnes qui "débattent en ligne" (même si la plupart du temps ils ne postent qu'un commentaire haineux sous un article).  

Je suis devenu fasciné par la quantité de haine et de personnes ignorantes qui postaient des commentaires sur les sites d'information, donc j'ai commencé à chercher les profils de ces gens, essayant de savoir qui ils sont. La plupart semblaient plutôt normaux. Ils avaient des familles et ressemblaient à des personnes gentilles alors que leurs commentaires postés sur l'espace public étaient si extrêmes. 

- Kyrre Lien pour The Guardian.

 

Armé de sa caméra, il est donc allé à la rencontre de ses haters (ceux qui aiment haïr) pour leur faire lire leurs commentaires. Ainsi l'on rencontre Roger qui affirme à découvert que la diversité n'est pas chose à célébrer, et que les "races doivent rester pures". Il ne se dit pas raciste, il ne veut pas de mélange. Il y a aussi Sina, cette militante pour le droit des animaux mais complètement islamophobe et anti-immigration. Son mari est pourtant un immigré comme il lui rappelle, assis devant un portrait de couple dégoulinant de kitsch. "Oui mais tu n'es pas un terroriste". Encore une fois, tout est assumé.

Patriotisme & Point Godwin

Certaines de ces personnes ne font en fait que se décharger d'un malaise personnel. Ils sont des trolls qui recherchent la polémique pour se faire remarquer. L'une des internautes le prouve en atteignant le "point Godwin", l'une des armes des trolls sur Internet qui consiste à invoquer la seconde guerre mondiale comme argument. Elle affirme ainsi "qu'Hitler aurait dû s'occuper des musulmans pour pas qu'il n'y ait de problèmes aujourd'hui". Un argumentaire vide et absurde, provocateur et idiot.

 

Le réalisateur va aussi à la rencontre de militants pro-Trump juste avant son élection. Ils ne semblent pas vraiment savoir pourquoi il serait un bon Président mais s'appliquent à déverser leur haine des autres sur les réseaux sociaux, notamment contre la candidate démocrate ("J'espère qu'ils vont arrêter Hillary"). A l'image de leur candidat. Après un détour du côté d'une hateuse de célébrités et d'une homophobe complotiste, on se retrouve avec Kjell, ancien adepte du trolling online qui a depuis raccroché les crampons. Un peu d'espoir dans ce monde absurde.

 

Le reportage (en anglais) est à voir sur la chaîne YouTube du Guardian.