"Sommer of Hate" : quand la SF devient réalité

Sommer of Hate
Sommer of Hate - © youtube

 

Sommer vit dans un monde où les informations assaillent son quotidien, pavent son chemin et inondent son appartement. Sa vie, elle la partage avec son chien Ego, qui apparaît comme son seul compagnon dans un monde qui va mal. Elle semble perdue dans ce déferlement d’actualités malheureuses, nous sommes à l’été 2016, le Brexit et l’arrivée au pouvoir de Donald Trump font l’effet d’une claque à Sommer. La société vit de plus en plus repliée sur elle-même et la haine commence à se faire sentir de plus en plus. Un scénario de science-fiction avec des éléments du réel qui font réaliser que le cauchemar est peut-être la trouble réalité.

 

Ce court métrage "Sommer of Hate" de Margot Bowman qui explique que son œuvre est inspirée par sa propre expérience et comment elle a vécu le Brexit et les élections américaines. L’artiste aime mélanger la technologie, la musique et la mode pour montrer l’évolution de la vie humaine dans le monde digital. Elle dit avoir remarqué que le monde se transformait et laissait de plus en plus de place à la xénophobie, l’isolement, et que le manque d’empathie était devenu la norme. Sommer, son héroïne navigue dans cet univers où les réseaux sociaux prennent une part de plus en plus importante mais pas pour le meilleur. Ce film de trois minutes trente est donc un avertissement sur un futur probable où les informations et les réseaux sociaux impactent nos vies mais pas forcément dans le bon sens.

 

Margot Bowman a reçu l’award pour l’innovation au Fashion Film Festival de Milan.