Poop, vomi, aubergine : petit guide la modération sur Facebook

Poop, vomi, aubergine : petit guide la modération sur Facebook
2 images
Poop, vomi, aubergine : petit guide la modération sur Facebook - © Tous droits réservés

Sur le célèbre réseau social californien, on ne plaisante pas avec la portée des émojis. Un document interne révèle quels sont ceux qui peuvent être associés au harcèlement, à la moquerie ou aux discours de haine.

 

L’excellent site Motherboard publiait dernièrement un document élaboré par Facebook pour entraîner ses modérateurs. “How to action on Emojis” (Comment agir avec les émojis) est l’un des chapitres composant le guide de la modération de contenu non-verbal sur Facebook, qui scelle ainsi ce nouveau type de communication sur le réseau social, qui relève presque de la sociologie. 

 

D’après le document, certains émojis peuvent signifier des abus ou du harcèlement, les modérateurs doivent alors contextualiser leur utilisation déterminer s’ils violent ou non les règles. La moquerie est par exemple souvent associée à l’émoji qui rigole en pleurant, celui qui vomit ou plus étonnamment le "poop émoji". Dans les discours de haine aussi on retrouve le célèbre émoji brun ainsi que celui représentant un singe ou d’autre animaux, ceci ayant pour but de déshumaniser la personne attaquée. Les sollicitations et la prostitution sont liées à des lèvres, des talons, des dollars… L’aubergine, la pêche et les gouttes d’eau sont enfin clairement reconnues comme des images sexuelles par Facebook.

 

 

Ce document prouve bien la constante évolution dans laquelle se trouve Facebook pour essayer modérer ce qu’il se passe en ses murs. En élaborant ce guide de base des dérives liées aux émojis, associé au jugement des modérateurs, le réseau quadrille habilement le terrain pour se préserver de toute accusation de propagation de haine. Il est aussi possible pour les modérateurs d’ajouter des émojis qui leur semblent révélateurs dans l’une ou l’autre case.