Mi-architecture, mi-science-fiction, une maison virtuelle vendue pour 500.000 dollars

Une artiste a "designé" une maison sur Mars. Cette demeure virtuelle a été mise en vente et achetée en crypto-monnaie pour 500.000 dollars par NTF, un titre de propriété virtuel qui repose sur la technologie de la blockchain.   

Une maison de rêve avec vue sur Mars, ça vous tente ? L'artiste contemporaine Krista Kim a modélisé une demeure virtuelle pour vivre sur la planète rouge. Baptisée Mars House, la propriété a été vendue pour un peu plus de 500.000 dollars. Le titre de propriété de cette demeure unique en son genre est aussi virtuel que son design. En effet, la créatrice a "tokenisé" sa maison pour la vendre sous forme de NFT, une sorte de titre de propriété virtuel. Le tout pour 288 d'ethers (ETH).  

Pas de cuisine, mais une douche

Dans cette demeure, l'espace intérieur est largement ouvert sur l'extérieur grâce à de grandes baies vitrées. A l'extérieur, un salon de jardin offre un point de vue imprenable sur les collines de mars et son ciel tangerine. A l'intérieur, tout le confort moderne, à la nuance près qu'il sera impossible pour les habitants virtuels de cuisiner. L'artiste a considéré que l'équipement habituel n'était pas adapté puisque l'on ne mange pas dans un monde virtuel. Paradoxalement, on pourra tout de même y prendre sa douche.

Le boom du NTF

Ce type de transaction utilisant ces jetons virtuels dans le monde de l'art est en plein boom. De nombreux objets virtuels (et réels) ont été vendus via NFT comme des gifs, des photos, des tweets ou de courtes vidéos. C'est le cas d'une œuvre de l'artiste Beeple (Mike Winkelmann). Le 26 février dernier, la courte vidéo d'animation (dix secondes) mise en vente a été achetée par le collectionneur américain Pablo Rodriguez-Fraile pour la somme faramineuse de 6,6 millions de dollars.

Techism

La création de cette maison dans un univers virtuel matérialise la réflexion de l'artiste autour de la place de la technologie dans nos vies. En 2014, Krista Kim a même lancé son mouvement, le "techism". Sur son site, où elle publie le manifeste, elle se questionne sur la place de la beauté dans le virtuel depuis l'arrivée du Web 2.0 dans nos vies. Par son travail, l'artiste affirme vouloir réconcilier l'innovation technologique avec la création artistique. Avec sa maison sur Mars, le pari semble réussi.