"J'ai vu le scandale de l'huile de palme" : un reportage-vlog entre YouTube et le journalisme

“J’ai vu le scandale de l’huile de palme” : un reportage-vlog entre YouTube et le journalisme
“J’ai vu le scandale de l’huile de palme” : un reportage-vlog entre YouTube et le journalisme - © Tous droits réservés

Quand un YouTubeur suisse s’improvise journaliste pour dénoncer l’un des plus grands fléaux planétaires contemporains : l’abattage de la forêt équatoriale au profit des multinationales.

 

Déjà visionnée près de 1.5 millions de fois, la vidéo a fait le tour du web depuis sa mise en ligne le 25 mars. Le Grand JD” (+1.8 millions d'abonnés) ou Julien Donzé de son véritable nom, se rend sur l’île de Bornéo en Malaisie avec le journaliste de la RTS Bernard Genier, qui avait déjà tourné un reportage à ce même endroit 17 ans auparavant. L’idée est de mesurer l’impact grandissant de la déforestation au profit des champs de palmiers. Le reportage-vlog d’un nouveau genre est produit par la RTS, la Radio et Télévision Suisse. Le média montre ainsi sa volonté d'innovation en faisant appel à un YouTubeur.

 

Julien et Bernard constatent avec amertume la disparition de certains pans de la forêt qui devaient être protégés. Les peuples autochtones voient leur habitat naturel disparaître et ne possèdent plus que 60 kilomètres carrés de nature luxuriante, qui leur offre une pharmacie naturelle et un garde-manger exceptionnel. Bernard Genier n’est pas vraiment optimiste sur la situation et craint la disparition de ces peuples d’ici une dizaine d’années tout comme la forêt.

 

Plutôt connu pour ses vidéos comiques, le YouTubeur suisse Le Grand JD s’improvise reporter dans cette vidéo d’une vingtaine de minutes. Il met en lumière l’exceptionnelle diversité de la forêt de Bornéo tant animale que végétale. Il part à la rencontre des indiens Penan et les interroge sur leur mode de vie et comment celui-ci se voit chamboulé par l’arrivée des tractopelles et des palmiers. Le reportage-vlog J’ai vu le scandale de l’huile de palme” reçoit un accueil très positif de la part de ses abonnés et des spectateurs en général, il permet de vulgariser un sujet fort et sensibilise ainsi son public plutôt jeune à un fait d’actualité particulièrement choquant. Ce nouveau type de format permet une bonne introduction au sujet et peut donner envie de se renseigner davantage, et c’est tout son intérêt.