"Il revient quand Bertrand ?" : récit pour voyeur

“Il revient quand Bertrand ?” : récit pour voyeur
“Il revient quand Bertrand ?” : récit pour voyeur - © Tous droits réservés

La websérie d’Arte s’articule autour d’une histoire de couple moderne, entre pause, rupture et désespoir. Il s’agit aussi et surtout d’une métaphore de la visibilité de chacun à l’ère du numérique.

 

En ligne depuis la fin de l’année 2016, “Il revient quand Bertrand ?” est une critique assez fine de l’exposition accrue de toute personne sur les réseaux sociaux, réalisée par Guillaume Cremonese. L’histoire est celle de Bertrand, un jeune homme thésard de presque 30 ans, en couple avec Magalie. Ils vivent ensemble depuis 5 ans avec leur chat et leur petite vie bien rangée faite de plateaux télé et de sorties de plus en plus rares. Un jour, Bertrand se fait mettre à la porte, sa copine ayant besoin d’un “break”. Il va alors se réfugier chez son voisin ancien militaire et dire à Magalie qu’il fait le tour du monde. Bertrand se rend compte que le voisin a hacké les caméras de l’immeuble et des ordinateurs de chez sa copine. Les deux se mettent à observer la nouvelle vie de Magalie, qui a retrouvé un colocataire blond et musclé. Bertrand va alors tout mettre en place pour essayer de récupérer son ex, sa stratégie est avant tout numérique.

 

Au fil de ces dix épisodes qui composent la websérie d’Arte Creative, le malaise grandit, à l’image d’un Black Mirror français. De simple comédie sur la rupture amoureuse, “IRQB” prend en fait très vite une autre dimension. Il s’agit en fait d’une fable sur la visibilité moderne et l’exposition à l’ère numérique. Magalie est observée, les caméras installées chez Magalie sont en fait la métaphore du voyeurisme 3.0, comme autant de fenêtres sur sa vie. La websérie pose aussi la question de quoi montrer de nous sur les réseaux sociaux, est-ce que l’on doit garder une part de mystère ? En se rendant visible, on cherche en fait à faire approuver notre vie mystifiée et chercher un sens à celle-ci.

 

Les épisodes sont à regarder sur le site d’Arte.