"Hot Girls Wanted : Turn On" : le porno au temps technologique

"Hot Girls Wanted : Turn On" : le porno au temps technologique
"Hot Girls Wanted : Turn On" : le porno au temps technologique - © Courtesy of Netflix

 

Sur base du documentaire de 2015 "Hot Girls Wanted", une série-reportage éponyme explore les liens entre pornographie et technologie.

 

 

En 2015, Rashida Jones, actrice vue notamment dans Parks and Recreation s'était penchée sur la question épineuse de l'industrie pornographique dans son documentaire Hot Girls Wanted. Elle était partie à la rencontre de jeunes femmes qui posaient leurs valises à Miami, persuadées qu'elles pouvaient réussir dans le milieu du porn. Attirées par l'argent facile et décomplexées sexuellement, elles rêvent de célébrité mais se rendent compte des difficultés du terrain. Les actrices porno ont une date de péremption et sont très vite écartées des tournages, l'argent gagné est très vite dépensé, elles se font chapeauter par des hommes qui les sexualisent en permanence. Elles deviennent des objets, et pas seulement devant la caméra.

 

Hot Girls Wanted n'a pas reçu un accueil très favorable de la critique, souvent accusé d'être alarmiste et tirer des conclusions hâtives. Le documentaire explorait pourtant un phénomène relativement nouveau : la banalisation du sexe pour la nouvelle génération. 

 

Netflix a refait signé Rashida Jones avec Jill Bauer et Roma Gradus pour une série documentaire en six parties sur le rapport entre technologie et sexe nommée Hot Girls Wanted: Turned On. On y suit notamment une cam girl qui se considère comme une sorte de psy pour ses clients. Dans un autre numéro, on s'interroge sur la manière dont les applications de rencontres ont changé l'approche du sexe. De manière globale, la série explore la manière dont le porno est consommé et son impact sur le quotidien...

La série débutera le 25 avril sur Netflix.