"Estelle, disparue" : la saga sonore de l'été

“Estelle, disparue” : la saga sonore de l’été
“Estelle, disparue” : la saga sonore de l’été - © Tous droits réservés

Cet été, France Culture revient en documentaire radio sur une des affaires françaises les plus mystérieuses des 20 dernières années : la disparition d’Estelle Mouzin.

 

Un après-midi après l’école, après avoir laissé une copine au niveau de la boulangerie de Guermantes, Estelle Mouzin, neuf ans, se dirige vers chez elle. C’est durant ce trajet d’une quinzaine de minutes qu’elle disparaît, sans laisser aucune trace. Personne ne la reverra plus jamais. Alors que des fouilles et des battues de grande ampleur sont organisées, l’enquête en parallèle tente de répondre aux questions posées par cette disparition inquiétante. Les premiers jours, déterminants dans ce genre d’affaires ne donnent aucune piste, aucun indice. C’est le début d’un long chemin pour les parents et les frères et soeurs, qui naviguent au gré de l’avancée de l’enquête. Quatorze année après, la disparition d’Estelle reste un mystère. Aujourd’hui, l’Office Central de Répression des Violences aux Personnes a été appelé pour venir en renfort des policiers de Versailles. Le seul espoir qu’il reste est l’avancée technologique et notamment le logiciel Anacrim qui pourrait peut-être faire des rapprochements avec d’autres affaires…

 

Depuis le 3 juillet, la radio France Culture consacre une série documentaire sonore à cette affaire irrésolue qui a marqué toute une génération. La petite Estelle, dont le portrait a été placardé dans toute la France n’a jamais été retrouvée, malgré une mobilisation policière et citoyenne sans précédent. “Estelle, disparue” proposée par Michel Pomarède, revient sur ce fait divers qui tient encore en haleine l’hexagone et surtout sa famille. Le récit documentaire se découpe en huit chapitres, huit chapitres pour essayer de comprendre. La famille y dresse le portrait de la petite fille et y décrit le vide laissé par sa disparition, comment l’absence laisse des traces, comment se construit-on avec un tel fardeau ? Sans tomber dans l’émotion surfaite et avec beaucoup de pudeur, la série est une vraie réussite de construction, un beau travail journalistique avec une distance nécessaire pour le traitement des faits divers.

Le site de France Culture diffusera en avant-première les épisodes qui composent les chapitres avant leur passage à l’antenne, rendez-vous sur ce lien.

 

Ecoutez le premier épisode de “Estelle, disparue” ci-dessous.