Comment les réseaux sociaux impactent le bien-être des jeunes

Comment les réseaux sociaux impactent le bien-être des jeunes
2 images
Comment les réseaux sociaux impactent le bien-être des jeunes - © Tous droits réservés

Un article publié sur le site The Economist démontre l’impact des réseaux sociaux sur le bien-être de ceux qui les utilisent le plus, les jeunes. 

 

Le graphique provient d’une enquête menée en 2017 sur des utilisateurs de réseaux sociaux âgés entre 14 et 24 ans par la Royal Society of Public Health britannique. Le sujet de la recherche était de mesurer l’impact des trois principaux réseaux sociaux sur le bien-être des jeunes, de façon négative mais aussi positive. Instagram, Snapchat, Facebook et Twitter ont été analysés à la lumières de leurs conséquences directes. La question des chercheurs était de savoir si un réseau était susceptible de créer des troubles du sommeil, la peur de manquer quelque chose (ou FoMO, “Fear of Missing Out”), du harcèlement, de l’anxiété, d’impacter l’image que les utilisateurs ont d’eux-mêmes et leur corps, d’entraîner un sentiment de solitude ? 

 

Du point de vue plus positif cette fois, le rapport fait aussi état de la manière dont les réseaux sociaux peuvent aider et prodiguer des conseils en matière de santé, développer les relations sociales du monde réel, rendre conscient de la santé des autres, construire des communautés, être un soutien émotionnel, contribuent à s’affirmer, s’exprimer.

 

En résumé, les quatre réseaux exacerbent les problèmes de sommeil, la peur de manquer quelque chose, l’anxiété, la dépression et le harcèlement. Twitter contribue grandement à s’exprimer tout comme Instagram. Facebook est particulièrement utilisé comme soutien émotionnel et Instagram aide à s’affirmer en tant que personne. Le mieux encore pour les jeunes est de limiter l’usage des réseaux sociaux ou de les utiliser en connaissance de cause. Commencer par déconnecter son téléphone en dehors de certains horaires peut déjà être un pas, tout comme organiser des vacances loin des réseaux. 

 

Retrouvez le graphique ci-dessous :