RUDE #5 : Le festival Ieperfest, plus que de la musique

Le festival Ieperfest en était à sa 26ème édition. Avec comme à son habitude, une affiche bien remplie, 78 groupes (!) de hardcore, de punk et de métal répartis sur 3 jours.

Depuis ses débuts, en 1992, le recyclage et les alternatives à la surconsommation sont une réalité. Pas de gaspillage sur le site, les gobelets et assiettes sont réutilisables et la nourriture est vegan pour tout le monde (public, staff et artistes). Le site est ultra-propre, on trouve des bornes électriques à énergie solaire et des toilettes sèches. Un système naturel de filtration des eaux usées a aussi été installé… Toutes ces initiatives ont permis à ce festival d’être plusieurs fois récompensés du prix de l’événement " vert " de l’année.

Le festival est devenu une référence internationale en matière de programmation et de responsabilité. Une bien belle récompense pour ses organisateurs qui sont tous bénévoles !

A l’affiche, que du lourd !

Sworn enemy, Discharge, Conflict ou encore Oi Polloi

Mais il y avait aussi d’autres styles, comme les montois de La Jungle.

Ce duo était étonné d’être appelé pour jouer car leur style n’entre pas dans la case hardcore ou punk mais plutôt dans un délire noise electro rock.

Un Casio, une batterie et une guitare et ces deux " sauvages " nous emmènent dans leur jungle pour un set enivrant énergique.

Cette ouverture dans la programmation des groupes, on la retrouve également dans la gestion du festival.

Une particularité du Ieperfest se trouve juste à côté des stands de merchandising habituels. C’est l’espace "More than music", qui présente un programme aussi riche que varié.

Des projections de documentaires, des débats, des expositions de photos.

La lutte pour les droits des animaux est un des engagements principaux de l’événement mais les thématiques varient et ce sont des réflexions plus globales contre les systèmes de dominations dans notre société qui y sont abordés.

Le Ieperfest, c’est un donc festival de musique… Et bien plus encore !

À propos :

Rude part à la rencontre des scènes alternatives. Des reportages de styles musicaux très variés qui brisent les clichés et explorent les contre-cultures. Qu’il s’agisse d’artistes ou de collectifs organisateurs d’événements, le but est de mettre en avant des acteurs bien souvent méconnus.