Quarante ans après, les rockeurs de Marquis de Sade remontent sur scène

Pour beaucoup, Marquis de Sade reste un groupe mythique du rock hexagonal.
Pour beaucoup, Marquis de Sade reste un groupe mythique du rock hexagonal. - © Patrice Poch

Une reformation pour un concert unique. Le groupe Marquis de Sade, légende de la new wave française, remonte sur scène samedi, 40 ans après sa naissance, ravivant les grandes heures du rock rennais.

Déjà évoquée il y a quelques années, la renaissance de cette formation (1977-1981) mythique était une gageure tant ses deux leaders, le chanteur Philippe Pascal et le guitariste Frank Darcel, ont longtemps entretenu des relations exécrables.

"Déjà à l'époque, ils se détestaient. Ils se donnaient même des coups pendant les concerts. Mais c'est ce qui faisait l'émulation du groupe", se souvient un ancien membre.

"Le projet artistique primait sur tout le reste, ce n'était pas un groupe de copains", euphémise Frank Darcel.

L'idée du concert est venu de l'artiste Patrice Poch, un féru de punk rock qui l'a imaginé comme une "performance artistique" dans le cadre de la Biennale rennaise d'art urbain. Une exposition sur les 40 ans de Marquis de Sade doit ouvrir la veille. 

Initialement prévu dans une salle de 900 places, le concert se jouera finalement à guichets fermés devant 3.000 fans. Et l'affluence aurait pu être encore plus forte si le groupe n'avait volontairement limité la jauge.

Pour beaucoup, Marquis de Sade reste en effet un groupe mythique du rock hexagonal. "Il n'y avait rien qui leur ressemblait", pointe Christophe Brault, conférencier spécialiste de l'histoire du rock.

Groupe froid et intellectuel, la formation trouve ses influences dans le rock new-yorkais de Television, du Velvet Undergroud ou des Feelies. Mais elle a aussi souvent été comparée aux Britanniques de Joy Division, du fait de la gestuelle mécanique de Philippe Pascal qui évoquait étrangement celle de Ian Curtis, chanteur du groupe de Manchester.

Musique tranchante

En juin 1979, Marquis de Sade avait inauguré les premières rencontres Trans musicales de Rennes, contribuant à la notoriété du festival et de la scène rock de la capitale bretonne. "C'était une musique tranchante", se souvient Jean-Louis Brossard, co-directeur des Trans.

Après la sortie du premier album, Dantzig Twist, les musiciens rennais enchaînent les concerts, en salle comme à la télévision, dont un avec les Anglais de The Cure en première partie.

"C'était exceptionnel sur scène parce qu'ils inventaient quelque chose de neuf. Et Philippe Pascal est un show man extraordinaire. Je ne me souviens pas d'avoir quelqu'un d'aussi spectaculaire", s'enthousiasme le chanteur rennais Étienne Daho, dans une interview récente à "Bretons".

En février 1980, le magazine Actuel leur consacre sa Une, sur laquelle ils posent avec leurs mères et ce commentaire : "Les jeunes gens modernes aiment leur maman".

Le groupe explose, sur fond de divergences artistiques, au moment de la sortie du deuxième album Rue de Siam en 1981. "Ça a été un gâchis, ils auraient mérité d'avoir une vraie carrière", estime Christophe Brault.

Après la séparation, Philippe Pascal connaîtra cependant un certain succès avec le groupe Marc Seberg. Quant à Frank Darcel, il participe à l'enregistrement du premier album d'Étienne Daho, avant de créer les groupes Octobre puis Senso (dont Pascal Obispo, lui aussi fan du Marquis, a été le bassiste). Darcel poursuit ensuite sa carrière en tant que producteur, romancier, historien du rock breton mais aussi militant pour une "Bretagne autonome dans une Europe fédérale".

Les autres membres du groupe se sont eux éloignés de la musique depuis des années. L'un est cordonnier. Le batteur, Éric Morinière, assure la direction adjointe de l'administration pénitentiaire dans le Grand Ouest, tandis que le bassiste Thierry Alexandre a été directeur informatique chez Bouygues Télécom.

Après les premières répétitions, "on a retrouvé des sensations très rapidement", assure cependant ce dernier.

Le groupe n'a prévu de jouer qu'une seule date. "Pour l'instant...", glisse, énigmatique, Frank Darcel.

 

Réservez vos places avec la RTBF.