Ozferti - Démasqué

Ozferti en concert
2 images
Ozferti en concert - © Marc Perves Credit Stokk Studio

L'électro dans la peau, l'Éthiopie dans le cœur, Ozferti déambule dans la nuit avec son masque sur la tête. Planqué sous les traits de ce personnage fictif, l'illustrateur Florian Doucet s'offre un grand trip dans la Corne de l'Afrique. De retour au pays de la frite, il déballe le lumineux "Solarius Gamma", premier album exotique et dansant, garanti sans autobronzant. 

Arrivé à Bruxelles pour assister au Bug de l'an 2000, Florian Doucet n'a rien vu. Si aucun or­dinateur n'est reparti de zéro, le Breton a, lui, changé de vie en s'installant en Belgique.

Inscrit en illustration à 'Académie royale des Beaux-Arts, l'étudiant envisage de mettre à profit ses connaissances musicales. C'est qu'il maîtrise la clarinette, le saxophone et la guitare. Dès son premier tour dans les rues du centre-ville, il cherche donc à se connecter à la scène locale. Sur une route pavée de reggae, de soul et d'un revê­tement funky, il croise les musiciens de Fa­mily Jammin'. Le groupe se cherche une voix. Florian Doucet tente sa chance. Posé derrière le micro, il fait le job sans rasta, mais avec un chant 100 % ragga

Diplôme d'illustrateur en poche, le dessinateur taille ensuite ses crayons sans trouver l'inspiration. En attendant, il accumule les jobs alimentaires. Serveur dans un bar, puis roadie à Forest National, il transporte les amplis des Foo Fighters et les décors de M. Pokora. Ce qui, somme toute, n'a aucun lien avec son investissement aux côtés de La Chiva Gantiva. Après neuf ans de collabo­ration, l'enregistrement de deux albums pour le compte du label Crammed Dises et plusieurs tournées marathon autour du globe, le clarinettiste tourne le dos au folk­lore caribéen, à la cumbia et au rock déjan­té du groupe bruxellois. J'avais besoin de me ressourcer, dit-il. De nature curieuse, il trouve son bonheur à l'écoute des compila­tions Éthiopiques, une série de disques dédiés aux musiques éthiopiennes et érythréennes. Six mois après mon départ de La Chiva, j'ai remixé des sons piochés sur ces compilations, retrace-t-il. Je voulais coupler cette pratique à ma passion pour le dessin. Il fallait que je trouve un terrain d'entente entre mes deux domaines d'expression. C'est le point de départ d'Ozferti, personnage imaginé pour servir la musique de Florian Doucet. Planqué sous le masque de son super héros, l'ar­tiste s'équipe d'une guitare électrique et d'un redoutable appareillage électronique.

Bardes et Diva

En mars 2019, Ozferti fourre ses fantasmes éthiopiens dans un sac-à-dos et se procure un billet d'avion pour Addis-Abeba. Je ne pouvais plus me satisfaire d'inspirations approximatives. Je me devais d'y aller pour comprendre cette musique et me confronter à ses réalités. Accompagné d'un ingénieur du son et d'un interprète, Florian Doucet balise les étapes de son expédition. Mais, une fois là-bas, il a fallu improviser. Le rythme africain est totalement différent du nôtre. Je me suis donc adapté. Je voulais prendre le temps de rencontrer les gens et d'enregistrer des morceaux avec eux. Sur place, Ozferti fait la connaissance de plusieurs Azmaris, bardes éthiopiens qui, archet à la main, frottent la seule corde de leur instrument traditionnel.
Endris Hassen - qui accompagne parfois The Ex - et Haddis Alemayehu qui joue régulièrement avec Mulatu Astatke - sont de la partie, tout comme Eténesh
Wassié, diva d'Addis-Abeba, dont le chant sublime les beats hallucinants du morceau Oshi Oshi. Sur le titre Adouna, c'est carrément une chorale qui s'invite sur le dance floor.

Derrière ce rêve éveillé se cache pourtant une autre réalité. Je m'attendais à voir des choses très dures, affirme Florian Doucet. J'y ai eu droit. La misère est là, partout. Le pays est l'un des plus touchés par la sécheresse qui sévit dans la Corne de l'Afrique. À côté de ça, les gens sont d'une générosité indescriptible :
personne ne m'a claqué la porte au nez. Bien que je ne sois pas parti avec l'idée d'enregistrer un album sans payer personne..  J'ai impliqué et rétribué tout mes collaborateurs. Aujourd'hui, je considère l'Éthiopie comme ma deuxième maison. Si tout va bien, j'y retourne l'an prochain
.  Après un coup d'essai du calibre de Solarius Gamma, c'est tout ce qu'on souhaite à Ozferti.

Prochains concerts

Ozferti sera en concert le 14 septembre à Flémalle, le 21 septembre à l'ouverture du Delta à Namur, et le 12 octobre, à l'Austral Boreal Festival à Liège.

plus d'infos sur sa page Facebook

Larsen est le magazine de l'actualité musicale en Fédération Wallonie-Bruxelles. Édité par le Conseil de la Musique , il touche à tous les styles, du classique au contemporain en passant par le jazz, l’électro, le rock ou la chanson.

Le n°3 de Larsen est disponible dans divers dépôts.