Les Sparks : influenceurs, intrigants, inclassables

Ils sont à l’origine d'« Annette », film d’ouverture à Cannes : le cinéma donne un coup de projecteur aux Sparks, frères musiciens méconnus du grand public, dont l’excentricité et l’élégance infusent discrètement dans la pop depuis 50 ans.

 

Vous ne connaissez pas Ron et Russell Mael ?

Leurs pairs esthètes les citent pourtant à tour de bras. Paul McCartney s’est même grimé en Ron, avec sa célèbre petite moustache à la Charlie Chaplin, dans son clip pour "Coming up" en 1980. Des stars comme Beck ou Flea (bassiste des Red Hot Chili Peppers) les encensent dans "The Sparks Brothers", documentaire passionnant d’Edgar Wright bientôt en salles (le 28 juillet en France).

Et les curieux qui prolongeront "Annette" (de Leos Carax) par un plongeon dans leur répertoire fleuve (25 albums) ne pourront plus écouter des groupes comme les Pet Shop Boys de la même façon.

Quel est le lien entre ces septuagénaires américains pétillants et Carax ?

Ils se rencontrent lors du festival de Cannes en 2013. Le cinéaste français est fan depuis leur album "Propaganda" (1974) et a utilisé un de leur titre dans "Holy Motors".

"Nous étions familiers avec son œuvre, on adore « Les amants du Pont-Neuf »", confie Russell, le chanteur du duo, savamment ébouriffé, rencontré aux côtés de son frère par l’AFP. Par culot, de retour dans leur Los Angeles natal, les Sparks envoient à Carax un album en préparation pour voir ce qu’il en pense.

"Ecriture biscornue"

Le réalisateur est conquis et veut le transposer sur pellicule. Voilà "Annette", film musical-évènement d’après une idée originale et une musique des Sparks, sur laquelle chantent les acteurs Marion Cotillard et Adam Driver.

C’est un beau clin d’œil. Car le 7e art fut jusqu’ici pour eux une source de désillusions. Ils auraient dû jouer dans un film de Jacques Tati et participer à l’adaptation d’un manga avec Tim Burton. Deux projets avortés.

"Comme « Annette » a pris huit ans, on s’est dit est-ce que ça va recommencer ? (rires), mais non, on a gardé la foi et Leos n’a pas dévié du projet", commente Ron, affable, loin du personnage qu’il cultive -visage figé et regard hanté- sur scène ou dans les shows télé.

Le 7e art a toujours été important. Quand ils étaient mômes, leurs parents les amenaient parfois au cinéma en plein milieu d’un film, à eux d’imaginer le début. "J’en ai déduit que ça a influencé l’écriture biscornue de nos chansons", s’amuse Ron.

Ce ton décalé leur vaut une carrière en dents de scie et d’être longtemps pris pour des Anglais décadents. Le Royaume-Uni (où ils s’étaient installés, car mieux compris qu’aux Etats-Unis) et l’Europe leur ont d’ailleurs offert leurs plus grands succès. "A Londres, dans les années 1970, ils se sont retrouvés au centre d’une hystérie collective, avec des groupies", racontait récemment à l’AFP le critique rock Michka Assayas.

"En mission"

C’est l’époque de "This Town Ain’t Big Enough for Both of Us", classé numéro deux en Grande-Bretagne. Produits par Giorgio Moroder à l’approche des années 1980, ils courront les plateaux télé du vieux continent avec "The Number One Song In Heaven" ou encore "When I’m with You".

La rencontre feu d’artifice avec les Rita Mitsouko, "Singing In The Shower", hit en France, toujours dans les années 1980, ou encore "When Do I Get to Sing My Way", tube en Allemagne dans les années 1990, sont également notables. "Les Sparks, c’est un style unique qui naît de l’association de leurs personnalités. Comme les Rita, deux entités artistiques qui deviennent une signature", se souvenait il y a peu pour l’AFP Catherine Ringer.

Une détonante association avec Franz Ferdinand et la reconnaissance critique de leurs derniers albums les relanceront encore dans les années 2010-2020. Comment expliquer une telle longévité depuis leur premier disque en 1971 ? Russell synthétise : "Nous voulons toujours sonner nouveau, sans nous reposer sur le passé, ce qui n’est pas normal après 25 albums. Avec vision et passion communes, nous sommes en mission".

La B.O. d'"Annette" est sortie chez Milan Records/Sony Masterworks.