Wax Tailor, l'électro en mode symphonique

Wax Tailor, petit génie français du hip-hop
Wax Tailor, petit génie français du hip-hop - © XAVIER LEOTY - AFP

Wax Tailor, petit génie français du hip-hop qui fait entendre sa petite musique électronique aux quatre coins de la planète depuis 10 ans, revient en mode symphonique lundi avec un album live tiré de concerts donnés en mai à Lille avec 40 musiciens et 17 choristes.

"Le symphonique, c'est un format qui donne des volutes, du relief, et qui permet de repenser différemment", confie à l'AFP Jean-Christophe Le Saoût, 39 ans, qui se produit depuis 2004 sous le pseudonyme de Wax Tailor ("Tailleur de cire" en français) et conclut définitivement cette expérience symphonique ce samedi à Nice.

"Le symphonique, c'est un peu le grand format de ce que je développe. Cela fait dix ans que je travaille avec violon, violoncelle et flûte sur scène, donc ce n'est pas quelque chose de surprenant pour moi, mais il faut vraiment que ça serve le propos, il y a tellement d'expériences symphoniques décoratives, pots de fleurs, notamment dans la variété", ajoute-t-il.

Avec ses 27 chansons mêlant hip-hop, électro aérienne et grande musique, tirées de ses quatre albums studio, ce live constitue, estime-t-il, "une bonne porte d'entrée" dans son univers cinématographique où le spectacle est souvent total, entre son et image.

Au-delà d'un simple best of (mot qu'il déteste par-dessus tout), cet album baptisé "Phonovisions Symphonic Orchestra" a "été pensé et édité comme un disque", ajoute cette figure actuelle de la "French touch", ce son électro français qui a conquis la planète.

Wax Tailor a ainsi travaillé au projet pendant six mois avec des musiciens mais aussi, de façon moins attendue, avec des chercheurs du CNRS spécialistes des effets visuels et de la 3D, pour concocter le spectacle présenté en mai au Théâtre Sebastopol de Lille.

De quoi devenir, enfin, "grand public" en France après des concerts donnés dans plus de 60 pays dans le monde et deux disques d'or? "Je suis pas Daft Punk! Quand on me met parfois à côté d'eux dans des articles, je dis attention ce n'est pas du tout la même chose, mais je ne me plains pas!", tranche le musicien originaire de Vernon, dans l'Eure. Lequel va maintenant replonger dans ses vieux vinyles (sa matière première) en quête de nouveaux sons pour un prochain album.


AFP Relax News