Un film, une musique : "A Bout De Souffle", Martial Solal (1960)

En 1959, un cinéaste remuant de 29 ans, Jean-Luc Godard, frais émoulu du journalisme, réalise avec un budget ridicule une œuvre dans l'air du temps dont le retentissement sera considérable.

"A bout de souffle", sorti en 1960, est un film révolutionnaire, d'une audace esthétique incroyable et dont les prises de vue ont eu lieu du 17 août au 15 septembre 1959 à Marseille et à Paris. Basé sur un schéma de cinéma classique de film policier, véritable manifeste d'une génération, ce film propulse Jean-Luc Godard sur le devant de la scène de la Nouvelle Vague :

Quand j'ai tourné "A bout de souffle", je pensais que je faisais quelque chose de très précis. Je réalisais un thriller, un film de gangsters. Quand je l'ai vu pour la première fois, j'ai compris que j'avais fait tout autre chose. 

L'émission "Tavelling" sur La Première vous emmène dans l'histoire des tournages des films cultes. C'est la petite histoire des grands films qui vous est racontée par Catherine Fattebert. 

Une bande originale de Martial Solal 

Martial Solal découvre le jazz à Alger en 1943 en écoutant Benny Goodman, Art Tatum… il est recommandé par Jean-Pierre Melville qui était fan du pianiste et pour qui Martial Solal avait signé en 1959, la musique de son film "Deux hommes dans Manhattan". S’entendant très bien avec Jean-Luc Godard, s’adaptant à ses nouvelles techniques de montage, Martial Solal vient ponctuer de ses compositions ce qui est devenu un classique du cinéma français.

Bonne écoute ! 

Sur le même sujet : Un film, une musique : "Bullitt", Lalo Schifrin (1968)