Sois belge et Tais toi! A 7 autour de la table du rire

5 images
- © rtbf

La crise politique se prolonge.

La crise politique se prolonge. Du pain bénit pour la Compagnie Victor qui sillonne le pays avec la nouvelle version de son spectacle Sois belge et tais toi! Désormais bien connue, cette revue humoristique annuelle trouve chez nos dirigeants la matière première d'un spectacle qui parodie avec gourmandise les travers de la société belge. Une version 2010- 2011 forcément corrosive, vu le contexte. Mieux vaut en rire!!

Le Cirque Royal de Bruxelles est plein à craquer. La tournée de Sois belge et tais toi! connait le succès depuis son lancement en décembre et la crise que notre pays traverse n'a fait qu'amplifier l'intérêt que le public porte à cette revue satirique de notre paysage politico-médiatique. Qu'il est agréable de rire de son propre nombril!

Faire rire? Le boulot le plus difficile du monde!

Convenons tout de suite qu'il faut accepter les règles de ce genre d'exercice. On ne peut pas construire 2h30(!!) de spectacle parodique et éviter tous les temps morts, les blagues qui tombent à plat ou les imitations approximatives. Ceci étant dit, le niveau de ce spectacle est franchement très élevé. 7 comédiens donnent vie aux textes écrits par le duo des Rémy père et fils, dont la verve est à la fois drôle et subtile. Le tout avec une touchante complicité. Sketchs politiques et chansons détournées avec chorégraphies déjantées se succèdent en autant de tableaux évoquant la particularité de notre beau petit pays.

Au centre du jeu, un Elio Di Rupo dont les efforts en néerlandais, quoique réels, restent hilarants. On sent que Baudouin Rémy connait son personnage sur le bout des doigts pour l'avoir attendu des heures durant sur le trottoir de la rue de la Loi en vue des duplex du JT. Les mimiques sont parfaites, mais le trait, évidemment forcé, irrite un peu.

Joëlle Milquet et Laurette Onckelinx sont particulièrement bien croquées par Elsa Erroyaux et Stephanie Coerten. Du Compromis équilibré recherché dans un esprit constructif au on ne touchera pas à la sécurité sociale...Si les verts Olivier Deleuze et Jean-Michel Javaux nous semble peu réussis, mention spéciale par contre pour Didier Reynders incarné à merveille par Joël Riguel. La parodie de Dutronc « Il négocie depuis des mois, sans moi, sans moi, sans moi » vaut a elle seule le déplacement!

Les sketchs sur la famille royale sont moins drôles mais André Remy est méconnaissable en Albert et on a adoré Fabiola en version muette.

La star du spectacle c'est évidemment Bart De Wever imaginé fort justement en empereur romain et magistralement interprété, jamais loin de ses gaufres.

Plus subtil qu'il n'y parait

Ce spectacle possède plusieurs niveaux de lecture, ce qui fait sa grande force. Celui qui n'a pas vraiment suivi les événements n'est pas perdu et le mordu de politique appréciera la subtilité insufflée dans certains textes. Cela permet de pardonner sans peine les répliques plus plates.

On ne voit pas le temps passer, ca foisonne de (bonnes) idées dans tous les sens comme ce match acerbe entre Justine et Kim ou le pastiche de Nicolas et Carla. Pas que de la tuyauterie institutionnelle donc. En guise de feu d'artifice final, un cours de néerlandais désopilant qui aura retourné le public avant de prendre congé dans la bonne humeur.

On retiendra de cette soirée un très beau travail de comédiens et une capacité d'observation impressionnante pour viser juste tant dans les textes que dans les interprétations. Ne boudez pas votre plaisir et offrez vous une tranche de rire, la crise politique nous doit bien ça!

François Colinet

"Sois belge et tais toi" 2010 - 2011

Retrouvez toutes les infos et les dates de la tournée