Rétro 2014: Top 10 Albums francophones

Ce ne sont pas simplement dix chouettes disques en français, mais bien dix artistes qui, à notre avis, méritent d’être mis en avant pour la qualité et l’originalité de leurs créations. L’ordre choisi n’est d’ailleurs qu’un jeu. C’est aussi ça, le plaisir des classements. Mais, en réalité, l’œuvre artistique est difficilement classable. Chacun de ces albums a fait notre bonheur de francophile en 2014. Dix coups de cœur à consommer avec curiosité !

Notre excellent collègue David Salomonowicz a, lui, carrément choisi 50 albums parmi la profusion pop, rock, hip-hop et électro. Une sélection d’expert à découvrir sans attendre !

 

1. Salomé Leclerc «  27 fois l’Aurore »

C’est le coup de foudre absolu de notre année ! Un deuxième album dense, qui mêle subtilement les influences folks et électros avec une certaine opacité rock. Un cocktail proche de Feist par moments. La jeune Québécoise multi- instrumentiste propose un univers entre énigme et poésie. Des mélodies qui hantent l’esprit et font chaud au cœur. Des chansons qui font gambader votre imaginaire ! Avec ce disque, Salomé Leclerc pousse, avec brio, le portail de la cour des grands !

2. Franck Monnet « Waimarama »

C’est un retour surprise qui fait un bien fou ! Celui d’un dentellier de la pop française, parti trouver en Nouvelle-Zélande un nouvel équilibre. Bien lui en a pris, puisqu’il revient avec un album absolument exquis ! Un disque léger mais qui propose des textes très réfléchis, sur les thèmes éternels que sont par exemple le temps qui passe, la beauté des femmes ou… le plaisir de se serrer à deux dans un anorak ! Avec en invité le charme de Pauline Croze, Camélia Jordana ou de chœurs maoris, ce disque trop discret a vraiment tout pour plaire !

3. Alain Souchon & Laurent Voulzy  « Alain Souchon & Laurent Voulzy »

Il est enfin là ! Ce fameux disque en duo que tous les fans attendent, sans trop y croire, depuis bientôt 10 ans. Et, ô joie, non seulement il ne déçoit pas, mais il nous a, au contraire, complètement emballé ! N’y cherchez pas de révolution musicale, ni de tubes à la hauteur de " J’ai 10 ans " ou " Belle-Île-en-Mer ", exemples les plus marquants de leurs 40 ans de complicité. Laurent et Alain y font simplement ce qu’ils savent faire de mieux : des chansons délicates et sensées, que l’on fredonne presque sans y penser. Un plaisir délectable que l’on aurait vraiment tort de se refuser.

4. Jeanne Cherhal « Histoire de J. »

Inspiré par le 40e anniversaire de l’album " Amoureuse " de Véronique Sanson, ce disque est une ode flamboyante au piano. Jeanne y retrouve les plaisirs tactiles de quelques cavalcades en touches noires et blanches. Celles-ci sont au service d’une écriture toujours très fine, délicieusement grivoise (" Cheval de feu "), passionnément gourmande (" J’ai faim ") et résolument engagée. "Noxolo " sur le tabou de l’amour lesbien en Afrique ou " Quand, c’est non, c’est non " chanté avec ses cinq copines des " Françoises " Camille, Olivia Ruiz, La Grande Sophie, Emily Loizeau, et Rosemary Standley, la chanteuse de Moriarty. Bref, un très beau disque au féminin!

5. Christine and the Queens « Chaleur humaine »

C’est évidemment LA révélation de l’année ! Quasi inconnue lorsqu’elle débarque sur la scène des Victoires de la musique en mars, Christine a bluffé tout le monde avec un album irrésistiblement accrocheur, oscillant entre les codes musicaux francophones et anglo-saxons. Elle transcende les barrières de genres et de styles. S’invente un personnage androgyne qui lui permet de nous emmener dans une nouvelle galaxie, qu’il faudra absolument aller découvrir sur scène en 2015 !

6. Camélia Jordana « Dans la peau »

Définitivement débarrassée de l’étiquette de la " Nouvelle star ", la jeune Camélia, 22 ans à peine, sort un album étonnamment sombre, très loin des codes commerciaux. Point de gloire à attendre donc, mais un disque épatant ! Elle y reforme un duo artistique gagnant avec BABX, qui la rejoint sur " A l’aveuglette ". Sur des mélodies obsédantes, elle marque ses préoccupations sociales avec " Ma gueule " et " Illégale ", avant d’y ajouter un peu de légèreté. C’est que la chaleur de sa sublime voix lui permet toutes les explorations, même quelques strophes en anglais sur " Berlin ", un délice !

7. Hugo « L’homme du soir »

Hugo, ou l’histoire d’une surprise ! Aux Francofolies de Spa cet été, il fait un remplacement au pied levé, et vient nous présenter un album attendu depuis neuf ans, qui est, en fait, un coup de maître ! Un album très soigné qui montre qu’il n’a rien perdu de son doigté pop depuis son tube " La nacelle " paru en ’96. Voix haut perchée et acidulée, influences anglo-saxonnes assumées et refrains faciles à ancrer, comme sur le formidable single " Vers l’Ouest ", ce disque signe des retrouvailles aussi inattendues que plaisantes, un plaisir simple, à cultiver !

8. Gaël Faure «  De silences en bascules »

Découverte de l’année, ce garçon charmant avait pourtant participé à " La nouvelle star ". Demi-finaliste il y a huit ans, il eu l’excellente idée de se forger une expérience dans de toutes petites salles. Et de nourrir de quelques plumes de talent (Barcella, Ben Ricour et Tété sur le planant " On dirait l’Islande ") un album qui réussit de jolies mélodies (le single " Tu me suivras " en tête) sans oublier de complexifier les arrangements, avec des instruments peu usités, comme le glass harmonica. Un album plein de souffle se clôturant sur " Reste encore l’avenir ", une valse très prometteuse…

9 Barcella « Puzzle »

Barcella, un ovni qui vous veut du bien ! Biberonné à Boby Lapointe, habitué des ateliers d’écriture et de la " Slam culture ", son univers réjouit car il n’a pas d’alter ego. Il ne met, d’ailleurs, jamais le sien en avant, préférant laisser parler les rimes et les rythmes, avec une diction et un flow surnaturels. Son deuxième album, son " Charabia " poétique, trouve ici un prolongement plus solaire. Sans oublier une douceur intrinsèque, qu’il partage avec Emily Loizeau dans " La poésie des roses ", et une joute verbale sur " Chou-fleur ", symbole d’une jouissive liberté !

10 Florent Marchet « Bambi Galaxy »

Bienvenue en apesanteur ! Florent a la tête dans les étoiles pour ce disque électro psychédélique qui exprime ses peurs existentielles (" Reste avec moi ", " Que font les anges "). Entre deux bidouillages de synthés, on découvre des morceaux entêtants, méticuleusement produits, avec quelques chœurs du meilleur effet. Pour porter des textes ciselés, évoquant un avenir anxiogène, et donner du volume à un album-concept qui aurait pu être casse-gueule mais qui, au contraire, consacre une audace intersidérale !

 

François Colinet