Rencontre avec ELEFAN, le duo bruxellois qui propose une électro poétique et spatiale

Nous avons rendez-vous avec Brieuc et Lionel dans un petit café de Schaerbeek. Deux lattés et un jus pomme-orange-gingembre plus tard, les musiciens se dévoilent. Ces deux multi-instrumentistes passionnés d’électro ont créé ELEFAN il y a plus d’un an. Après des mois de travail, ils sortent du silence et proposent un premier EP composé de trois titres qui nous plonge dans un univers spatial, poétique et contemplatif.

Vous êtes tous les deux multi-instrumentistes, quel est votre parcours dans la musique ?

Brieuc : Je suis bassiste claviériste. Je viens de la musique pop, quand j’étais adolescent c’est ce que je jouais et j’ai accompagné sur scène Angèle, Laura Crowe et Soetkin Baptist. J’ai fait 5 ans de Jazz au conservatoire et j’ai poursuivi mes études en composition classique. C’est ça qui m’a donné une sorte d’ouverture vers la production.

Lionel : Je viens également du classique, j’ai fait le conservatoire de Liège en piano. Ensuite je me suis lancé dans la composition à l'image. J’ai notamment co-composé la musique des Jeux Olympiques de Sochi en 2014 et pas mal de musique de courts-métrages.

Votre parcours éclectique nourrit votre style musical ?

Lionel : Oui beaucoup, on s’inspire de la composition classique, jazz et électronique pour nourrir notre propre univers musical. On aime effacer les frontières entre les styles. Avant d’être des DJ’s, on est des musiciens avant tout. Pour moi l’électronique c’est un terrain de jeu, notre background musical nous permet simplement de l’enrichir.

Brieuc : On mélange les sons analogiques aux ensembles de cordes, chœurs, vents et percussions. C’est vraiment un rendez-vous entre la performance instrumentale et la musique électronique.

Quelles sont vos inspirations ?

Brieuc : Ce sont des gars qui nous ont hyper fort marqués en termes de texture et de composition sonore et nous ont donné envie de nous lancer à notre tour, comme Olafur Arnalds, Kiasmos, Nils Frahm…

Lionel : On peut aussi citer James Blake, Phoria, Aphex Twin, mais aussi beaucoup de jazz et de classique.

Ce premier EP représente combien de temps de travail ?

Brieuc : Cela fait un an qu’on bosse dessus ensemble. On a commencé à faire des scènes pour présenter notre musique et voir la réaction du public qui était assez positive. On a donc décidé de sortir un premier EP et le deuxième est déjà presque prêt, il sortira fin de l’année.

ELEFAN en Live ça ressemble à quoi ?

Lionel : Nous sommes tous les deux musiciens de base, c’était important que l’on puisse vraiment jouer nos instruments sur scène, on n’avait pas envie de faire comme les DJ’s, appuyer simplement sur play, c’était un véritable élément décisif parmi nos choix musicaux.

Brieuc : On part d’une base sur laquelle il y a 50 pistes pour un morceau, certaines choses sont compliquées à reproduire en live mais les gros instruments par contre, c’est tout à fait faisable. On est aussi accompagné d’un ingé son qui nous permet d’avoir un son très travaillé et bien mixé et ce, même en direct. Jouer live les instruments ce n’est pas le choix de la facilité.

Lionel : Sur certains morceaux on a enregistré des chœurs, à terme on aimerait pouvoir les intégrer en live aussi mais pour le moment, pour des raisons techniques ce n’est pas encore possible.

Pourquoi ce choix de ne pas mettre de paroles dans vos morceaux ?

Brieuc : On ne retrouve effectivement pas de paroles pour le moment mais on a fait le choix de parfois intégrer des chœurs. C’est plus une écriture "choralique", des sons et des syllabes à sens uniques. A l’avenir, on se verrait bien faire un featuring ou l’autre avec des chanteurs dont la voix nous intéresse. On ne peut malheureusement pas encore donner des noms d’artistes, bien qu’on ait quelques pistes. Ce ne sera pas encore pour le deuxième EP mais plutôt pour 2020.

Le visuel de votre clip est très léché, c’était important pour vous ?

Lionel : C’est vrai que ce premier clip met la barre assez haut. C’est un ami à nous qui est en réalisation à La Cambre qui a réalisé ce clip-là, Pierre Watteyne, il a réalisé un boulot de dingue.

Brieuc : Les prochains clips par contre, seront dans un style complètement différent, ce ne sera pas toujours de l’animation. C’est une musique qui est très imagée donc ça nous laisse énormément de possibilités. Nous sommes en contact avec un réalisateur qui nous prépare un triptyque, c’est-à-dire que les trois clips seront liés l’un à l’autre tout en existant chacun de leur côté. La sortie de ces trois clips se fera en même temps que la sortie du deuxième Ep prévue fin d’année 2019.

Retrouvez ELEFAN sur la scène du Théâtre Moderne de Liège le 25 août dans le cadre des Moderne Musik Sundayz !

Pour vous tenir au courant de leur actualité un Facebook, un Instagram à suivre !