Rencontre avec Aldebert, qui fait chanter petits et grands!

Rencontre avec Aldebert, qui fait chanter petits et grands!
2 images
Rencontre avec Aldebert, qui fait chanter petits et grands! - © GUILLAUME SOUVANT - AFP

Avec sous le bras son album "Enfantillages 3", il dynamise avec humour et tendresse la chanson jeune public depuis 10 ans déjà. Aldebert donne rendez-vous à toute la famille le 4 avril prochain au Théâtre National de Bruxelles pour deux concerts à ne pas rater!

Il y a bientôt 15 ans que sa candeur, sa poésie du quotidien et sa chaleureuse gentillesse nous accompagne. Rêveur à la pointe nostalgique, Guillaume Aldebert a pris le risque d’assumer son plaisir de replonger dans l’enfance pour en chanter les plaisirs et les interrogations, dévoilant ainsi un rare talent! Nos rencontres sont, à chaque fois, des petits moments précieux, comme ceux que permettent ses chansons à partager…

Après un album de Noël en 2016, vous voici de retour avec "Enfantillages 3", et une nouvelle collection de duos pleins de couleurs…

L’album de Noël était un pari lancé par mon directeur artistique. Au début, je ne voyais pas comment le réussir. Mais, en fait, j’aimais bien cette contrainte thématique. C’était un exercice intéressant!

Les invités font partie intégrante du l’expérience "Enfantillages" sur disque. Cela donne de la consistance aux chansons. Ces duos forment de véritables dialogues, peut-être encore plus sur celui-ci. Les chansons sont composées sans les invites. Ils sont les cadeaux bonus sur les albums. C’est la chanson qui impose un invité, à chaque fois. Cela la transforme totalement.

Quand vous vous êtes lancé il y à déjà 10 ans, cette envie de vous tourner vers les enfants vous titillait depuis longtemps?

Oui, je voulais le faire depuis longtemps mais dans le milieu, on me l'a plutôt déconseillé. La chanson pour jeune public n’avait pas une super image. Et puis, le premier album "Enfantillages" était difficile à installer parce qu’il parlait aussi aux adultes. Aujourd’hui, après quatre disques, cette "audace" s’est maintenant installée. Mais, pour les professionnels, c’était compliqué au début, il a fallu du temps pour l’assumer et dire: "C’est comme ça!".

Au bout de quatre albums, ressentez-vous la lassitude ou le manque d’inspiration?

Pas du tout, au contraire! Les champs d’écriture, d’interprétation de scénographie sont tellement larges! L’imaginaire des enfants est un espace de liberté pour moi. Certains m’ont mis en garde de ne pas m’enfermer dans l’univers de l’enfance mais je me rends compte maintenant que, pour moi, c’est le contraire. Dans la chanson pour adultes, je me sens plus enfermé. D’ailleurs, je parlais déjà beaucoup d’enfance dans mes disques pour adultes. J’ai trouvé mon terrain de jeu. J’ai l’impression d’avoir passé la tête dans une très grande porte et d’être loin d’avoir tout vu…

Vous êtes en pleine tournée, la troisième déjà autour de ce projet. Comment a-t-il évolué sur scène?

On est passé à des salles beaucoup plus grandes. Sur 60 dates jusqu’ici, on a dû faire une dizaine de "Zénith". Entre une jauge de 800 et une de 5.000 personnes, l’énergie est forcément différente. Le défi est de garder l’âme, l’échange et la proximité. Je pense que 5.000 spectateurs est un maximum, mais en adaptant la scénographie, cela marche! Avec le temps, le spectacle devient aussi plus ludique, on s’amuse beaucoup! Ce qui me plait, c’est de les voir connectés, voir les enfants et les parents dans la même énergie.

D’autres envies pour la suite?

J’écris des histoires pour 12 livres-CDs où les chansons sont des prétextes pour raconter des histoires. J’ai aussi composé la musique pour un court métrage dans lequel j’ai joué. C’était super chouette!

Sinon, j’ai très envie de faire un "Enfantillage autour du monde" avec des musiques de différents pays d’Afrique, d’Amérique latine ou d’Europe de l’Est. C’est très compliqué à faire parce qu’il faut avoir les connexions dans les différents pays mais cela m’excite beaucoup!

 

Entretien : François Colinet

En concert le mercredi 4 avril au Théâtre National (Bruxelles), séances à 15h et à 18h30

Aldebert, "Enfantillages 3" (Sony Music)