Queens of the Stone Age à Anvers : l'âge de glace

Les Queens of The Stone Age à Anvers
4 images
Les Queens of The Stone Age à Anvers - © © RTBF – David Salomonowicz - 2013

Cinq mois après leur passage très remarqué au Cirque Royal, les Queens revenaient en Belgique pour un concert dans une plus grande enceinte. Verdict d'une prestation contrastée.

 

Voir un groupe en début puis en fin de tournée peut être une arme à double-tranchant. Fin juin, le groupe californien venait de sortir son sixième album studio Like Clockwork et surfait sur une vague très positive de bonnes critiques et d'accueil favorable du public. Cinq mois plus tard, rien n'a vraiment changé. Sauf que la folie de la sortie semble bien loin (Arctic Monkeys et Arcade Fire sont passés par là) et que les cinq membres du combo sont sur la route depuis lors.

 

Du coup, on ressent un léger manque de fraîcheur dès l'entame du set avec You think I ain't worth a dollar but I feel like a Millionaire et un No One knows assez mou alors qu'il avait déclenché une véritable tempête au Cirque... L'hymne du groupe arrive bien tôt (trop?) et ne réveille pas vraiment une foule encore un peu amorphe. Il faut dire que le Sportpaleis est tellement immense (à l'échelle belge) qu'aller chercher les spectateurs du fond ou du deuxième balcon n'est pas donné à tout le monde. Surtout que Josh Homme, le leader et l'âme du groupe, n'est pas un communicateur né, préférant jouer de son aura de crooner rock plutôt que de proférer de grandes déclarations.

 

Après une entrée assez tiède donc, place est faite au nouvel opus avec My God is the Sun et I sat by the ocean entrecoupés d'un agréable Burn the Witch. L'étincelle prend enfin mais c'est le moment pour une phase plus lente avec Like Clockwork et son intro au piano, If I had a tail et Kalopsia. La furie reprend avec Little Sister mais celle-ci est à nouveau calmée dans la foulée avec Fairweather Friends et Smooth Sailing qui sont peut-être les morceaux les moins catchy du dernier album. La fin du set sera par contre de très belle facture avec un bouillant de sexytude Make it wit Chu enchaîné avec le sublime I appear Missing et les deux claques que sont Sick Sick Sick et Go with the flow. Magnifique rappel également avec le sublime The Vampyre of time and Memory dernier single en date et le torrent de décibels de clôture avec Feel Good hit of the summer et A Song for the dead. BAM !

 

L'explosion finale et la dernière demi-heure nous font donc relativiser l'impression assez mitigée que l'on a eue durant la première heure. On regrettera malheureusement aussi la superbe impression visuelle que l'on avait eue à Bruxelles en juin avec des mini-clips en dessins animés gore qui renforçaient le côté rock lourd du désert propre aux Queens. Ceux-ci n'ont été distillés qu'avec parcimonie laissant parfois la place à de simples graphiques en mouvement comme sur des écrans de veille d'ordi... Un peu cheap... Mais bon pas de méprise, ça reste malgré tout très bon, très carré et pro. Josh Homme est un frontman au charisme fou et il emmène dans son sillage les autres musiciens en vrai leader, Mark Lanegan en tête. Ca manquait juste vraiment de chaleur et de réelle fraîcheur pour être dingue. Et Dieu sait qu'ils peuvent le faire...

 

David Salomonowicz