"Prince - Sexy Mother F*" : purple roi

"Prince - Sexy Mother F*" : purple roi
"Prince - Sexy Mother F*" : purple roi - © Arte

Icône funk intemporelle, Prince est décédé il y a déjà deux années, laissant dans la tourmente son large public d’adorateurs. Arte propose un portrait-documentaire captivant du “Love Symbol”.

 

Né à Minneapolis en 1958, le jeune Prince Rogers Nelson a été très vite abandonné par son père musicien. Il n’avait alors qu’une obsession : jouer aussi bien que lui et faire carrière. Sa mère trempait aussi dans le milieu puisqu’elle était chanteuse de jazz. Il a alors commencé à apprendre en autodidacte sur un piano puis a formé un groupe avec un voisin, André Cymone, qui l'a ensuite suivi durant une grande partie de sa carrière. Prince se fera très vite repéré et apparaîtra à la télévision. Son talent inégalable et son charme sans pareil seront les atouts principaux de celui qui deviendra un monstre sacré de la musique. Depuis le début de ses apparitions, le multi-instrumentiste cultive une apparence androgyne, scintillante et extravagante. Prince était totalement en avance sur son temps, il acceptait sa féminité, prônait la libération sexuelle et le pacifisme. Le chanteur et musicien aura construit sa vie de façon intelligente, s’affranchissant de toutes les barrières : les genres musicaux sont repoussés et son spectre s’étend du rock au blues, en passant par le r’n’b, le funk, le jazz et la soul. 

 

Le documentaire proposé par le réalisateur allemand Olivier Schwabe construit avec finesse le portrait et les différents visages du Kid de Minneapolis. Surmonté par des interviews, images d’archives, “Prince - Sexy Mother F*” peint la carrière d’un artiste hors du commun avec ceux qui l’ont côtoyé et qui le racontent mieux que personne.

 

 

“Prince - Sexy Mother F*” (2018) d’Olivier Schwabe est à voir sur Arte.