Nuits du Bota 2017 : Ásgeir

Nuits du Bota 2017 : Ásgeir
2 images
Nuits du Bota 2017 : Ásgeir - © Tous droits réservés

Le petit prince de la folk islandaise nous avait émerveillé avec son premier album dans sa langue natale en 2012. Cinq ans après, il revient pour présenter Afterglow. C'était mardi soir aux Nuits du Botanique.

Ásgeir Trausti est un de ses artistes par lesquels la magie opère, une voix douce et un univers flamboyant, une humilité extrême et une poésie certaine. Il a la touche toute particulière qui distingue la musicalité islandaise des autres. On ressent dans sa musique la pureté des ruisseaux, la minéralité de la roche et la fraîcheur des forêts d'Islande. Son premier album, Dýrð í dauðaþögn (2012) est une petite pépite musicale dont les textes ont été écrits en collaboration avec son poète de père, des textes axés sur la nature et la spiritualité islandaise. Le succès fut retentissant dans son pays, tant et si bien qu'il le traduira en anglais pour l'international : In The Silence sort un an plus tard avec les titres phares King and Cross et Going Home

 

2017 est l'année qui marque le retour d'Ásgeir. Il rempile d'abord avec trois singles disséminés en ce début d'année : UnboundStardust et Afterglow, prémisses à son dernier album qui vient de sortir, le 5 mai. Prénommé Afterglow en référence aux derniers reflets sur la rivière, l'album marque un tournant plus pop dans l'univers musical du jeune chanteur jusqu'ici nageant dans l'indie folk.

 

Un concert introspectif

Ce chaud mardi soir de mai, quelques frissons parcourent le Cirque Royal aux premières notes qui retentissent. Le jeune chanteur islandais pose sa superbe voix sur la guitare et déroule tout en humilité sa chanson pour un moment rare et suspendu. Mais le concert se fait de plus en plus introspectif, à l'image d'un Ásgeir très timide, campé sur son micro et le regard vers le sol. Les lumières trop violentes obligent à fermer les yeux, une occasion de ressentir autrement les mélodies, mais qui s'avèrent finalement assez répétitives. Le jeune homme et ses musiciens alternent les nouveaux morceaux avec ceux qui ont fait leur gloire, rattrapant l'attention du public. La froideur d'Ásgeir viendrait-elle du climat de son pays, la terre de glace ou d'un certain malaise pour la scène ? On préfèrera la première explication. 

 

Afterglow

Sorti le 5 mai chez One Little Indian Records

Plus d'informations sur le site de l'artiste.