MY TV IS DEAD sort un deuxième album séduisant

MY TV IS DEAD - "Gravity"
3 images
MY TV IS DEAD - "Gravity" - © (Label 214 / COD&S)

Le duo bruxellois dévoile "Gravity", un deuxième album plein de belles vibrations qu'ils présenteront le jeudi 8 mai au Club de l'AB à l'occasion de la soirée du label belge dEPOT 214 qui proposera également Cecilia::Eyes et David Lund.

Vous les connaissez peut-être à travers leurs autres formations musicales. Joël à fait partie du célèbre groupe Monsoon, tandis qu'Amaury nous a fait chavirer avec Lylac, un de nos coups de cœur en 2013.

 

Pourtant, pour vivre de sa musique dans notre charmant mais petit territoire, il faut multiplier les projets et rester constamment curieux. Pas question de s'enfermer dans sa grotte pour créer. Joël Grignard et Amaury Massion le savent mieux que personne. "C'est en puisant dans différentes choses que l'on vit chacun de notre côté que l’on peut nourrir MY TV IS DEAD comme un projet commun, nous dit Amaury. En restant dans un circuit fermé, on finit toujours par se tarir."

 

 

Symbole de cet éclectisme, ils se sont rencontrés sur le spectacle "Convulsions" qui proposait un mixte de plusieurs disciplines dont la danse et la musique. "J’avais entendu Amaury improviser sur un film muet alors qu'il chantait dans un quintet", se souvient Joël qui cherchait alors une voix pour ce spectacle. "Travailler ensemble était tellement facile qu'il nous a paru évident qu'on devait persévérer sur d'autres projets, on s'est vraiment trouvé, s'enthousiasme Amaury. Et c'est comme ça que le premier album de MY TV IS DEAD est né en 2009."

 

Maintenir l'auditeur en éveil.

 

Énigmatique et intriguant, le nom de ce groupe mérite une explication que nous donne Joël: "Notre nom est tiré d'un des slogans que Amaury répétait dans le spectacle, inspirée par Gil Scott Heron, et son fameux The revolution will not be televised". "On a toujours voulu susciter une réflexion avec un nom étonnant, se souvient Amaury. On veut que les gens qui sont confrontés à notre univers se posent la question : tiens, mais pourquoi My TV is dead ?"

"Freedomatic" premier disque de ce projet bicéphale est lancé en remportant le concours "Pure Demo" pour le morceau "Love in stereo" avant de connaître un beau succès en Suisse et en France puis d'être nommé aux Octaves de la Musique chez nous.

 

L'album est sorti progressivement dans ces différents territoires, ce qui lui a offert plusieurs vies entre 2009 et 2011. "Comme il y a eu d'autres projets entre temps, on n'a pas trop ressenti le stress du deuxième album, reconnaît Joël. L'important c’était d'écouter notre envie du moment. On n'arrive jamais à arrêter le processus de création. Un peintre qui finit par lâcher sa peinture pourrait la continuer à l’ infini, je crois. Pour un album, c'est pareil, il est le reflet d'un travail sur une période de temps donnée qui, après, fera sa vie auprès des gens pendant que l'artiste est déjà occupé à autre chose."

 

Prendre la création par l'autre bout

 

Alors que le premier disque s'était construit couche par couche, ici l'envie était tout autre : "Pour celui-ci, on a pris les choses dans l'autre sens, se souvient Joël. Les chansons devaient tenir en version guitare / voix. Ensuite, on est allé en studio pour les arrangements et imprimer à cet album la couleur souhaitée. Amaury est venu poser sa voix et quelques notes de trompette. Alors que le premier avait été fait en home studio a la maison, fabriqué de manière plus artificielle, comme des textures sonores qu'on a fait évoluer petit à petit et on s'est rendu compte sur le tard que nous en avions fait des chansons."

 

Le duo se réjouit d'être bientôt sur les planches du club de l’Ancienne Belgique, pour une soirée mettant à l'honneur les artistes du label belge dEPOT 214 : "Le live est tellement important, martèle Amaury. C'est l'endroit où la musique est en constante évolution. On travaille avec Patrick Lecoeuvre, un VJ qui fait partie intégrante du groupe c'est un aspect important. Vu qu'on venait d'un vrai spectacle multidisciplinaire, on a toujours été sensible à l'aspect visuel." Pour l'occasion, ils seront aussi rejoints sur scène par un batteur, un bassiste et un guitariste.

 

"Gravity" est une excellente surprise, qui fonctionne dès la première écoute, grâce notamment à la voix toujours aussi magique d'Amaury. Elle nous avait délicieusement caressés avec l'aventure Lylac. Ici elle nous transperce dès les premières mesures de "Prisoners" qui ouvre un disque accueillant des accents funks, new wave et psychés dans une ossature résolument rock. Éclectique et très bien produit, il propose des mélodies subtiles et accrocheuses (mention spéciale au sautillant "What is wrong") qui devrait faire du concert à l'AB du 8 mai prochain, une véritable fête multi-sensorielle...

 

François Colinet

 

MY TV IS DEAD “Gravity” (Label 214 / COD&S)