"Moondancer" de Julien Tassin confronte l’électrique à l’acoustique pour un album léger et aérien

À la sortie du premier confinement mise à profit pour créer de manière différente (Julien Tassin en confinement), Julien Tassin a juste eu le temps de dévoiler son dernier album "Moondancer" avant le second arrêt dans le milieu culturel. Une formule Trio avec une section rythmique qui sait ce dont la musique a besoin.

Venant du blues et du rock, le jazz fait depuis un bon moment partie intégrante de l’ADN de ce musicien curieux, originaire de Charleroi et qui découvre la guitare dès l’âges de 8 ans. C’est avec Paolo Radoni que Julien Tassin poursuivra l’apprentissage de cet instrument qu’il mettra par la suite au service du groupe The Crazy Moondog Band aux côtes du bassiste Daniel Romeo et de musiciens tels que Eric Legnini, Christophe, Panzani, Rosario Giuliani. Parallèlement il monte des projets personnels en collaboration avec Manuel Hermia, Lorenzo Di Maio ou Jim Henderson.

Entre rêve et réalité

Deux ans après un premier disque en trio ("Sweet TentionIgloo 2018), le guitariste Julien Tassin revient avec "Moondancer", toujours sur le label Igloo. 8 titres inspirés de Jazz, de Blues et de musiques de film où la guitare, tantôt brute, tantôt aérienne nous plonge dans un univers contrasté, quasi bipolaire et nous emmène quelque part, entre rêve et réalité. Pas besoin d’impressionner pour ce Trio formé de Julien Tassin à la guitare, Nicolas Thys à la contrebasse et Dré Pallemaerts à la batterie.

Avec "Moondancer", Julien Tassin poursuit sa quête de légèreté, de lyrisme, d’apesanteur tout en faisant une musique fortement ancrée dans la terre. Les cinq premiers titres ont été écrits d’une traite, comme une longue suite où chaque élément est interconnecté. Le guitariste cherche à produire une musique globale, qui raconte une histoire, un son continu, comme un voyage ininterrompu. A l’instar des groupes rock des années 60-70 et leurs "albums-concepts", il ne compose plus un morceau à la fois mais pense chaque titre comme élément d’une grande toile sonore.

Julien Tassin était l’invité de Philippe Baron dans son émission "Jazz" sur Musiq3.