Marc Mélia joue avec sa voix, comme s'il jouait d'un instrument

Originaire de l’île de Majorque, Marc Melià est un compositeur/producteur basé à Bruxelles depuis plus de 10 ans. Vendredi dernier, l’artiste sortait un deuxième album intitulé "Veus" en catalan ("Les Voix" en français). Un nom qui laisse présager que sur cet album, l’artiste a fait de sa voix, son instrument principal…

En 2017, avec "Music For Prophet", Marc Mélia rendait hommage au mythique synthétiseur "Prophet 5" en utilisant que cet instrument pour l’entièreté de son album. Aujourd’hui Marc Mélia est de retour. Il a délaissé son synthétiseur pour ne se concentrer plus que sur sa voix, qui, à force de modifications, s’est transformée en véritable instrument.

La voix est au centre de ce nouveau projet musical donc : sur certains morceaux, elle prend des tonalités robotiques, sur d’autres elle se fond tellement dans la composition musicale qu’on peut à peine remarquer que c’est de la voix qu’on entend. "J’ai toujours été intéressé par l’intégration de la technologie au corps humain. J’ai très vite eu envie de jouer avec ma propre voix et de la trafiquer avec des outils technologiques. J’ai commencé par quelques chansons, ça m’a plu et finalement c’est devenu un disque complet. J’ai testé le plus d’options possibles, parfois cela ressemble à une voix d’enfant, parfois à une voix de vieux ou encore de robot."

Travailler avec la voix, implique notamment d’écrire des paroles pour ses chansons, une première pour Marc Mélia : "Ce n’était pas facile car c’était la première fois que j’écrivais des paroles. Comme à chaque première fois, j’ai dû m’y reprendre et recommencer jusqu’à obtenir un résultat satisfaisant. Sur la première moitié du disque, je chante dans ma langue maternelle en catalan. Sur la seconde moitié, je chante en français, ma langue d’adoption. Le catalan m’a permis plus de subtilités dans le texte." nous explique l’artiste. Sur quoi Marc Mélia a-t-il décidé d’écrire ? Notamment sur l’amour. L’androïde qu’il a créé grâce à la technologie semble être romantique et surtout rêveur. La chanson "Oxictocines" par exemple, porte le nom de l’hormone de l’amour. "Les étoiles" (en trio avec Flavien Berger et Pi Ja Ma) est quant à elle un hommage à l’attraction. "Une ferme dans les Vosges" fait écho à l’endroit où l’album a été enregistré et "A propos d’une chanson" est directement inspirée par l’un des rêves de l’artiste.

En parallèle de ses chansons, Marc Mélia distille quelques respirations instrumentales pas moins narratives. Cette pop expérimentale légèrement teintée d’électro (qui n'est pas sans nous rappeler celle du grand Sébastien Tellier) nous séduit et nous emmène en voyage vers un autre univers lointain et poétique. N'attendez plus pour embarquer à votre tour dans ce doux voyage en découvrant l'album complet ci-dessous ou en allant le voir sur la scène du Botanique le 27 octobre prochain!