Lorenzo Gatto : itinéraire d'un violon surdoué

Jeunes solistes, grands destins
Jeunes solistes, grands destins - © RTBF

Lorenzo Gatto, le violoniste belge charismatique était à l'honneur de l'émission "Jeunes solistes, grands destins" de Pierre Barré et Thierry Loreau, vendredi 2 juin
 

Né en 1986, Lorenzo Gatto a marqué de son charisme l’édition 2009 du Concours Reine Elisabeth violon, en finissant second. Il avait aussi été remarqué à l'émission "Jeunes solistes" à laquelle il a participé à 6 ans.

Formé au Conservatoire royal de musique de Bruxelles, Lorenzo Gatto a été l’élève de Véronique Bogaerts et Dirk Van de Moortel. Depuis sa place de prestige au Concours Reine Elisabeth, Lorenzo Gatto enchaîne les concerts dans de prestigieuses salles comme le Concertgebouw d’Amsterdam et le Bozar, où il sera artiste en résidence pendant une saison.

 

Dans le hors-série "Jeunes solistes, grands destins", Lorenzo Gatto se confie sur sa vie de musicien, sa formation, ses projets... Découvrez les bonus de l'émission.

Réflexions autour de la musique

La vie de musicien n'a rien d'évident, des fois Lorenzo Gatto, aussi doué qu'il soit, a des doutes... Cela fait même partie du métier.

 

La musique à un tel niveau c'est de la passion, à la fois un immense plaisir et une douleur amenée par les sacrifices.
Le rapport qui peut être conflictuel avec l'art musical vaut cependant toujours le coup, comme lors des concerts où le public est réceptif.

 

Ce public, justement, est très important pour un musicien. Pour Lorenzo Gatto, le public crée l'électricité, nécessaire à l'établissement d'une relation. Il est très important pour galvaniser un soliste.

 

Différents styles

Quand on est musicien, il est important de s'intéresser à tout style de musique. Lorenzo Gatto a beaucoup d'intérêt pour le jazz, il est impressionné par les musiques qui peuvent se jouer sans partition.

 

Même si la vraie passion de Lorenzo Gatto, c'est la musique de chambre. Avant un concert à Madrid, le jeune violoniste explique en quoi elle est la plus intéressante des musiques.

 

 

Le jeune violon

Le premier professeur de violon de Lorenzo Gatto fut Dirk van de Moortel. De ses 4 ans à ses 11 ans, il a été son formateur. Aujourd'hui, son ancien professeur est chef d'orchestre et Lorenzo joue avec lui. Leur relation est toujours aussi forte.

 

Dirk Van de Moortel raconte la première rencontre avec le violoniste, alors petit garçon. Le professeur s'est très vite rendu compte de ses capacités.

 

Dirk Van de Moortel est chef d'orchestre des Young Belgian Strings. Il raconte l'histoire de l'orchestre et comment Lorenzo Gatto en est devenu le parrain. 

 

Véronique Bogaerts a aussi été professeure du jeune Lorenzo. Elle aussi a décelé très vite le talent du tout jeune violoniste.

 

 

Projets actuels et à venir

Le grand projet de Lorenzo Gatto est l'enregistrement de l'intégrale des sonates de Beethoven avec Julien Liebeer, pianiste belge. C'est une chance pour eux de s'attaquer si jeune à un tel répertoire, cela peut être lourd à porter mais c'est finalement dans la continuité de leurs carrières.

 

Julien Liebeer, le jeune pianiste belge, explique sa vision et l'histoire du "projet Beethoven".

 

Après l'enregistrement de la "Symphonie espagnole" de Lalo, Lorenzo Gatto évoque l'intensité du travail d'enregistrement. Pour lui, dans cet exercice plus que n'importe lequel, il faut prendre des risques pour rendre le plus vivant possible l'interprétation.

 

Vie personnelle

Comme tous les musiciens, Lorenzo Gatto passe beaucoup de temps en tournée, d'hôtel en hôtel. Il lui arrive à certains moments de n'être que deux jours par mois chez lui. Si il voyage beaucoup, il n'a pas vraiment le temps de faire du tourisme.

 

Sur la route, les musiciens sont souvent seuls. Avoir une vie de famille ou de couple peut être compliqué. Lorenzo Gatto préfère voyager en couple, pour le partage.

 

Et la suite ?

Lorenzo Gatto va avoir 30 ans, il surfe encore sur la vague de la carrière de soliste. Par la suite, le violoniste aimerait aller à la rencontre d'autres musiciens et faire tomber les barrières entre les différents styles. Une belle leçon d'humanité.