Lizz Wright pleine de grâce à l'Ancienne Belgique

Lizz Wright pleine de grâce à l'Ancienne Belgique.
2 images
Lizz Wright pleine de grâce à l'Ancienne Belgique. - © Jesse Kitt

A chaque fois, notre joie grandit à mesure que le rendez-vous se rapproche! Depuis plus de 10 ans, les retrouvailles avec Lizz Wright sont des moments à la fois simples, beaux et intenses. On se souvient avec émotion de son dernier passage à Flagey ! Le concert de ce lundi n’a pas fait exception.

Biberonnée au gospel par un père pasteur dans une petite ville de Géorgie, au Sud-est des Etats-Unis, Lizz a développé une aisance vocale à la fois fluide et profonde qui nous impressionne à chaque fois et qui lui permet de se balader dans les différents styles avec une facilité ahurissante.

Découverte il y a 15 ans déjà avec "Salt", un premier album très jazz (signé d’ailleurs sur le prestigieux label "Verve") elle s’aventure ensuite dans un univers plus folk sur les magnifiques "Dreamin’wild awake" puis "The Orchard" qui lui vaudront la reconnaissance internationale.

En jouant le pénétrant "Old man" en début de set, on pense alors que ces anciens morceaux seront mis à l’honneur, mais c’est surtout son nouvel album "Grace" qu’elle est venu présenter à Bruxelles avec un band "classique" (guitare, basse, batterie et un pianiste qui varie entre différents claviers).

A chaque tournée, elle varie l’offre musicale, en fonction de l’endroit et du nombre de musiciens. Pour cette fois, c’est une option assez électrique, entre jazz et rock, qui est prise, maîtrisée de bout en bout par un groupe qui, s’il ne bouge pas d’un poil, assure pour mettre au mieux en valeur l’incroyable voix de leur chanteuse.

Car si le public se déplace pour sa force et sa chaleur, on est une nouvelle fois complètement bluffé ! Les notes et les mots semblent sortir sans le moindre effort. Chanter et chanter encore, c’est son principal plaisir nous confie-t-elle, en s’excusant d’être une piètre "show woman".

Comme souvent dans sa discographie, les thèmes religieux sont très présents. On sent que ce registre Gospel coule véritablement dans ses veines. Tout comme cette joie de chanter l’amour sous toutes ses formes, appuyé par de magnifiques photos de famille projeté sur grand écran et qui renforcent l’émotion.

Étant fan de la première heure, on a beaucoup apprécié le "Walk with me Lord" issu du tout premier disque mais on aurait aimé  que le programme du soir retourne plus souvent en arrière et propose un peu plus de moments minimalistes qui donnent encore plus d’ampleur à sa voix. Et puis, avec à peine une heure trente de concert, on n’était pas totalement repus.

Preuve que Lizz Wright fait décidément partie de ses artistes qui peuvent, à chaque tournée, varier les plaisirs en s’entourant magistralement et nous emporter loin dans un monde plein de chaleur.. !  

François Colinet

Lizz Wright " Grace " (Universal)