Lisza, l'équipée sauvage

Lisza
2 images
Lisza - © Pierre Debroux

Nouvelle voix d’une chanson française sans frontière, Lisza dévoile un premier album réalisé en compagnie de Vincent Liben (ex-Mud Flow). Écrin de mélancolie sophistiquée, La vie sauvage disperse ses beaux mots sous un soleil couchant, chaud et rassurant. Le regard tourné vers d’autres continents, la chanteuse explore onze ritournelles imprégnées d’effluves bossa nova, de tango et d’arômes calypso.

Une vie sauvage, c’est quoi ? Si l’on tient compte du parcours de Lisza, il convient de s’accrocher, de ne pas redouter l’inconnu et, surtout, d’oser se lancer. Née à Bruxelles, l’artiste grandit dans un des premiers habitats groupés du Brabant Wallon. Entre les siens et les autres, la petite fille se sent chez elle, à l’aise partout. Musicalement, son premier souvenir marquant tombe entre deux coups de tonnerre : un éclair de génie surnommé la Callas. Je me souviens de tout, confie Lisza, attablée dans un bistrot du centre-ville bruxellois. L’orage, sa voix, ma mère à côté de moi. Marquée par cette révélation, elle suit des cours de chant lyrique, s’essayant ensuite au piano, à la guitare et au violoncelle. À dix-huit ans, elle quitte la Belgique pour s’installer dans le Sud de la France, à Agen, une petite bourgade gallo-romaine située à quelques encablures de Toulouse. J’ai suivi une formation théâtrale : un enseignement atypique avec un investissement immédiat dans la vie de la compagnie.

De retour en Belgique, elle touche à la réalisation, étudie la philosophie et les langues arabes. Lisza multiplie les expériences avec le désir d’apprendre, d’explorer le monde. En marge de ses incessantes expéditions, Lisza nourrit aussi un attrait irrépressible pour la littérature, la lecture, les phrases, la musicalité des mots. Dans son jardin secret, la jeune femme conjugue d’ailleurs ses émotions dans des chansons artisanales. Elle écrit des paroles, imagine quelques mélodies aux possibilités infinies… Mais je ne me voyais pas enregistrer tout ça, explique-t-elle. J’hésitais. J’attendais le bon moment. Il survient au printemps 2014. Invitée par des copines au concert du chanteur belge Vincent Liben, Lisza découvre une âme (sœur), une personnalité musicale qui lui va droit au cœur...

En confiance, elle révèle ses secrets, une partie cachée de sa personnalité : son amour de la musique, sa passion pour les belles chansons. Intrigué par les textes et la teneur des morceaux, Vincent Liben met alors ses talents d’arrangeur au service des compos. Habillées d’arpèges ensoleillés, nappées de cordes, infusées de samples et d’une multitude de détails instrumentaux, les idées de Lisza voyagent à bonne distance des clichés. Loin de la Tour Eiffel, des cartes postales d’Édith Piaf et des pâles copies servies par Zaz et Zazie, la chanteuse bruxelloise transporte la langue française sous d’autres latitudes. En suivant les ondulations de sa voix, on aperçoit ainsi le Bosphore de Selda, la jungle tropicale d’Astrud Gilberto, l’Amérique latine et le Canada de Lhasa, mais aussi les plages paradisiaques de Cesaria Evora. Globe-troteuse, nomade et curieuse, la chanson française de Lisza s’écarte des chemins balisés, histoire d’éviter les postes frontières. Dans son sac à dos, elle n’oublie pas non plus de glisser quelques refrains sucrés : des envolées édulcorées qui flirtent autrement avec la variété (Tonino).

Enregistré en cinq jours au Jet Studio, La vie sauvage dévoile ses charmes mélancoliques à travers onze titres délicats et sophistiqués. Fruit d’un dialogue permanent entre le chant et les instruments, cet album offre sa propre version de la sauvagerie. Sans violence ni incivilité, la musique se veut indomptable, authentique, inclassable. Disque intuitif, l’objet expose ses mélodies métissées sans jamais maquiller le fond de sa pensée : des sentiments contrariés, une certaine nostalgie, de la naïveté, un peu de solitude et beaucoup d’amour pour servir des chansons qui valent largement le détour (La Cavale, Orphelin). Soit une belle entrée en matière.

Larsen est le magazine de l'actualité musicale en Fédération Wallonie-Bruxelles. Edité par le Conseil de la Musique, il touche à tous les styles, du classique au contemporain en passant par le jazz, l’électro, le rock ou la chanson.

Le n°23 de Larsen est en ligne