Les Nuits du Bota 2017 : Témé Tan

Les Nuits du Bota 2017 : Témé Tan
Les Nuits du Bota 2017 : Témé Tan - © Tous droits réservés

Tanguy Haesevoets alias Témé Tan a réchauffé le Grand Salon du Botanique lundi soir avec une musique pleine de ses racines, pour un concert lumineux tout en intimité.

 

Si Témé Tan commence à faire parler de lui aujourd'hui et à se faire connaître du grand public, cela fait quelques années que le grand Tanguy enchaîne les premières parties et les petits concerts. Témé Tan était hier soir avec son pote Le Motel pour les Nuits du Botanique, un petit crochet tout en douceur et communion, avant de se produire à Brighton, Amsterdam, Paris et au Pukkelpop. Il en a fait du chemin depuis son premier album Matiti en 2011.

Tanguy Haesevoets a grandi entre Bruxelles et Kinshasa, RDC, là où il est né. Il construit et assemble sa musique autour de ses souvenirs, les balades familiales autour du lac Ma Vallee, la danse humble de sa mère, les fêtes d'école où il se déguisait... Dans son univers, il lie le groove et le zouk de ses racines sur fond d'electro, créant un mélange entêtant et harmonieux, à l'image de son titre phare Améthys. Dans le jargon, on dirait que Témé Tan est un représentant de la vague afro-pop, qui fait la synthèse entre deux continents en y ajoutant du sentiment, beaucoup de sentiment. Son prochain album sortira en septembre prochain, en attendant le single Sè Zwa Zo est déjà disponible.

 

 

Lundi soir au Botanique, Témé Tan avait amené avec lui une partie de sa famille, comme pour se porter chance. Dans le Grand Salon du Bota, le jeune homme a réussi à transmettre une émotion musicale toute particulière, recherchant le contact avec son public. Le grand Tanguy, tout en humilité et en sourire est dans le partage et la bonne humeur. Si Témé Tan n'est pas un inconnu dans le circuit bruxellois, nul doute qu'il va éclore dans les prochaines années pour devenir le nouvel enfant chéri de la scène belge. 

 

 

Les actualités de Témé Tan sont à suivre sur sa page Facebook