Les Aralunaires atteignent l'âge de déraison !

Mélanie De Biasio
Mélanie De Biasio - © Olivier Donnet

Le festival arlonais fête ses sept ans d’envie de faire découvrir la ville autrement. En invitant la musique dans des lieux inattendus du 29 avril au 3 mai, audacieux !

Il revient comme les beaux jours à l’orée du mois de mai. Rendez-vous original et créatif, ce festival nous tient à cœur. Pour la septième fois déjà, il animera Arlon en affichant ses spécificités. Ainsi, cette année, l’accent est mis sur " les arts de tous poils ", dans cette province rurale où la nature et ses plaisirs sont au cœur de l’identité. " Le 30 avril, nous aurons une soirée spéciale en collaboration avec le Musée de la chasse et de la nature de Paris, explique Annie Gaspard, attachée de presse de l’événement. Nous avons aussi renforcé nos liens avec le campus l’Ulg à Arlon, spécialisé en Environnement. Ce sont pour nous des liens naturels."

Sortir la musique des salles…

L’ambition est aussi de faire entendre la musique autrement, dans d’autres lieux. " L’idée est de sortir des salles de concerts traditionnelles ! Par exemple, nous aurons " Celebration " une création originale du groupe liégeois Paon, dans l’église Saint-Donat, qui respectera les codes de la messe ! Autre rencontre entre musique et patrimoine religieux, nous avons la grande chance d’accueillir Mélanie De Biasio dans l’église du Sacré-Cœur en concert de clôture ! "

L’ancien palais de justice d’Arlon, autre lieu d’inventivité, accueillera le dimanche 3 mai une sieste acoustique à 14 heures autour des belles compositions de Bastien Lallemant et de quelques délicieux amis réunis autour de lui, Camélia Jordana, Babx et JP Nataf. " Pour profiter de la musique couché en toute décontraction, on distribuera des oreillers à l’entrée, et on prendra soin de ne pas applaudir entre les morceaux, histoire de ne pas interrompre la rêverie ! "

60 concerts dont 30 gratuits

Outre ces audaces, Les Aralunaires, c’est aussi un incontournable parcours chez l’habitant entièrement gratuit où se croisent artistes débutants et confirmés, dans des lieux toujours imprévisibles. On pourra notamment y croiser cette année les charmes de Sarah Carlier ou Chloé du Trèfle et découvrir la très prometteuse Suédoise Jenny Lysander. " Elle est soutenue par le merveilleux Piers Faccini, nous précise Annie. Elle a enregistré son album chez lui et séduira tous ceux qui sont sensibles aux univers folks, de Joni Mitchell à Emiliana Torrini " L’album sort ce lundi et d’après les premiers extraits, il devrait, en effet, nous faire fondre !

Au total, ce sont 60 concerts (dont 30 gratuits) qui sont au programme : Saule et son projet rock Gonzo, Lisa Portelli, l’excellent Gaël Faure ou encore un " Tribute festival " très attendu, voilà de multiples bonnes raisons d’aller faire un tour par Arlon le week-end du 1er mai !

François Colinet

Et aussi