Le trio belge Aka Moon de retour avec son "Opus 111"

Il y a 27 ans, venant d'horizons divers, Fabrizio Cassol, Michel Hatzigeorgiou et Stéphane Galland convergeaient en un trio dont le principe fondateur est la rencontre d'autres cultures, notamment musicales. Ce mois d’avril verra la sortie de leur nouvel album "Opus 111", inspiré par la sonate 32 Opus 111 pour piano de Beethoven. 

Le trio Aka Moon accueillera pour l'occasion le chanteur belgo-congolais Fredy Massamba au chant, le pianiste et ancien compagnon du trio Fabian Fiorini et l'étoile montant portugaise João Barradas à l'accordéon. 

En 1992, après un parcours initiatique en Centrafrique en compagnie des Pygmées Aka, Fabrizio Cassol (saxophone), Michel Hatzigeorgiou (basse) et Stéphane Galland (batterie) entament un travail musical en profondeur alors totalement nouveau, notamment sur les aspects rythmiques. Rapidement, leur musique continue de grandir au contact d’une série de grands musiciens venus du monde entier. Le premier choc : l’Inde. Deux albums y sont enregistrés et la rencontre avec le grand percussionniste carnatique  U. K. Sivaraman (musique de l’Inde du Sud) va profondément marquer le groupe. Puis c’est à nouveau l’Afrique et la rencontre avec le maître du Sabar sénégalais Doudou N’Diaye Rose qui crée de nouvelles constellations musicales. Ces dernières vont ensuite se multiplier. Citons par exemple la collaboration avec un Big Band de DJ’s, des musiciens des Balkans, ou encore l’incursion des sonates de Domenico Scarlatti au sein d’un quartet de jazz...

Notre relation, à nous trois, est mystérieuse. En nous retrouvant au studio, j'ai vraiment l'impression qu'il y a quelque chose de karmique entre nous. Comme si l'on s'était donné rendez-vous, dans cette vie-ci, avec des choses que l'on a vécues dans des vies précédentes. C'est de cet ordre-là. Fabrizio Cassol

Aka Moon jongle avec polyrythmies et polyphonies, dans une folie sonore qui peut rappeler celle de certains DJ. Ils glissent d’une phrase à l’autre, et créent de nouvelles sphères harmoniques et rythmiques. Le noyau de base est le trio, autour duquel peuvent s’articuler des formations plus larges. Le son du collectif est inclassable, transcendant, cosmique.

En 2018, quelques jours avant leur passage au festival Jazz à Liège et pour célébrer leur 25ème anniversaire ainsi que la sortie de leur album "Now", Patrick Bivort recevait les trois membres fondateurs du groupe Aka Moon dans son émission "Classic 21 Lounge" sur Classic 21.