Le marché du disque en France a encore reculé en 2012

Le marché du disque en France a encore reculé en 2012
Le marché du disque en France a encore reculé en 2012 - © ©elen 418/shutterstock.com

Le marché de la musique enregistrée a encore reculé en France en 2012, a annoncé jeudi le principal syndicat de producteurs de disques (Snep), évoquant une baisse comprise entre "0 et 5%" à quelques jours de la divulgation du bilan officiel au Midem.

"La tendance de 2012 est celle qu'on connaît depuis plusieurs années. Ce n'est pas une très bonne année pour le physique (ventes de CD et DVD, ndlr), même si le dernier trimestre a été bon", a dit le directeur général du Snep, David El Sayegh, parlant d'une "baisse à deux chiffres".

En revanche, le secteur numérique (streaming et téléchargement) a été "bon" et représente désormais un quart du marché contre 20% en 2011.

Les téléchargements ont connu une progression "à deux chiffres significative, mais moins forte que l'année dernière", tout comme le streaming, qui progresse "très fortement".

Le bilan du marché français sera dévoilé dans sa totalité lundi par le Snep au Midem, le rendez-vous annuel de l'industrie musicale à Cannes.

Comme tous les grands acteurs du secteur au cours des derniers jours, le Snep, qui représente notamment les majors du disque, s'est élevé contre le "transfert de valeur" dont bénéficie Google au détriment des contenus culturels.

"Les annonceurs sont prêts à payer de la publicité sur Google parce que Google est le premier moteur de recherche. Mais il n'est le premier que parce qu'il met à disposition des contenus, ce pour quoi ni la presse, ni la photo, ni la musique ne sont rémunérées", a déclaré M. El Sayegh.

Les éditeurs de presse ont les premiers soulevé la question de ce "transfert de valeur" et ont obtenu l'ouverture de négociations avec Google. François Hollande a averti qu'une loi pourrait intervenir si nécessaire en cas d'échec des négociations.

Le directeur général du Snep a cependant jugé que l'approche juridique choisie par les éditeurs de presse n'était "pas la bonne", sans se prononcer sur la solution qu'il préconisait.

"On attend de la ministre de la Culture (qui doit prononcer un discours ce week-end à Cannes, ndlr) qu'elle se positionne pour régler ce problème de manière transversale", a-t-il ajouté.

 

D'après AFP Relax News