Le contrebassiste Avishai Cohen au sommet de son art

Comme il l’a démontré lors de ses concerts sur les plus grandes scènes du monde, le célèbre contrebassiste, compositeur et interprète israélien est au sommet de son génie créatif. Celles et ceux qui ont suivi sa carrière ces vingt dernières années savent que ses références musicales sont éclectiques, naviguant avec aisance entre la musique classique, le jazz ou encore les chants traditionnels.

 

Avishai Cohen s’est fait d’abord connaitre dans les années 90 en intégrant le trio de Chick Corea avec qui il a enregistré plusieurs albums. Une vingtaine d’albums en solo plus tard, il sort son nouveau projet "Two Roses", enregistré avec l’orchestre symphonique de Gothenborg. "En écoutant cet album, on a l’impression de partir dans un voyage imaginaire, et d’entrer dans mon monde mais d’une façon plus profonde et plus intense."

 

Des influences mondiales et historiques

 

Maître de la musique afro-caribéenne, Cohen en a absorbé la complexité. Également touché par les mélodies du folklore israélien, et la complexité de leurs héritages sépharades, ashkénazes ou yéménites, il a réintroduit la "Morenika" traditionnelle ladino, ainsi que des airs populaires de son pays natal, comme "Two Roses", qui prête son titre à cet album. Fan des standards du jazz, qu'il aime s'approprier par des arrangements très personnels (comme cette version très prenante de "Nature Boy" sur son nouvel album) Cohen n'en reste pas moins un compositeur de thèmes à part entière comme sa nouvelle composition "When I’m Falling". Nombre de ses propres "classiques" sont inspirés par l'Afrique du Nord, le Moyen-Orient, les pays slaves et la Russie. 

Enregistrer avec un orchestre est une aventure en soi. Ce n'est pas comme faire un disque de jazz. Un orchestre a son propre rythme, il faut comprendre comment il respire.

Le contrebassiste et chanteur ne s'est pas lancé seul dans cette aventure : son Trio comprend deux musiciens pour lesquels il ne tarit pas d'éloges. Le pianiste azerbaïdjanais Elchin Shirinov, qui figurait sur le précédent disque de Cohen, et le batteur Mark Guiliana, originaire du New Jersey, avec lequel Cohen a révolutionné l'approche du Trio. Le déroulement de "Two Roses" ressemble à la bande-son d'un film épique, parfois teintée de nostalgie, porté ailleurs par une énergie trépidante et vibrante. Avec ce dernier album, seules comptent la performance, l'émotion et l'expression personnelle d'un citoyen du monde qui considère la musique comme sa seule vraie patrie. 

Avishai Cohen était l’invité de Patrick Bivort dans son émission "Classic 21 Lounge" sur Classic 21.