Le Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles en danger

Un appel au soutien pour le Conservatoire de Bruxelles
8 images
Un appel au soutien pour le Conservatoire de Bruxelles - © DR

Ce n’est un secret pour personne, le Conservatoire de Musique rue de la Régence à Bruxelles est dans un état de délabrement assez avancé. Ce bâtiment classé du XIXème siècle, construit en 1876 aurait besoin d’une sérieuse rénovation. Le dossier a été introduit il y a 8 ans par l’asbl Conservamus, des accords ont été signés il y a deux ans entre les parties concernées, mais rien, pas de travaux en vue, et chaque hiver dégrade un peu plus le bâtiment .

C’est un dossier qui traîne depuis la fédéralisation de l’enseignement. Au sein du bâtiment appartenant à l’état fédéral, deux institutions d’enseignement de la musique: le conservatoire flamand et le conservatoire francophone, donc, la présence de la communauté française et de la communauté flamande. Les élèves se croisent, jouent ensemble, partagent parfois des stages, mais des classes doivent être condamnées car les plafonds s’écroulent.

Gérald de Hemptinne de l'asbl Conservamus au micro de Nicole Debarre

Il y a deux ans, en 2013 un accord formel avait été pris à savoir la création d’une société anonyme de droit public réunissant trois actionnaires : l’état fédéral et les deux communautés. Cette société serait responsable des études et des travaux et de l’entretien des bâtiments. Mais c’était en 2013, et il y a eu des élections. Depuis, rien ne bouge…

Au grand dam du directeur du Conservatoire, Frédéric De Roose :

Le directeur du Conservatoire, Frédéric De Roose est aussi musicien, il joue de la flûte à bec. La Grande Salle du Conservatoire possède une acoustique rare.

L’asbl Conservamus existe depuis 2007. C’est une asbl qui réunit des mélomanes et des amateurs du patrimoine bruxellois et qui, en constatant la dégradation du bâtiment, ont décidé qu’il fallait absolument faire quelque chose, et donc de créer un lieu pour réfléchir à la meilleure manière de restaurer ce bâtiment et de réunir les parties prenantes dans ce dossier.

Les explications complètes de Gérald de Hemptinne, coordinateur de Conservamus :