La Monnaie négocie des "solutions techniques" pour "réduire les coûts"

La Monnaie négocie des "solutions techniques" pour "réduire les coûts"
La Monnaie négocie des "solutions techniques" pour "réduire les coûts" - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

La maison d'opéra La Monnaie a fourni au gouvernement quatre pistes afin de réduire "des coûts très spécifiques". L'institution espère pouvoir ainsi se donner un peu d'air après la sévère cure d'économies imposée par le gouvernement Michel. "Il faudra voir si le gouvernement veut bien nous suivre", précise le directeur du personnel Eddy Ballaux. "Beaucoup dépendra du contrôle budgétaire de mars."

La Monnaie, institution parastatale, demande notamment qu'on rabaisse ses cotisations patronales à 25%. "Actuellement, elles s'élèvent en moyenne à 30,5%. Les diminuer nous rapporterait 1 million d'euros."

La Monnaie paie également la pension complémentaire de son personnel. "Nous demandons au gouvernement de prendre en charge ce montant, avoisinant le million d'euros", ajoute Eddy Ballaux. "Ce qui signifierait qu'une somme équivalente serait alors retirée de nos subsides."

La Monnaie demande également une extension de la législation tax shelter. Cette dernière permet aux entreprises investissant dans le cinéma d'obtenir une exonération fiscale.

La Monnaie envisage également un plan de retraite pour les membres de l'orchestre et du choeur.

Les économies imposées ont eu pour conséquence la disparition de 16 emplois temps plein à La Monnaie (11 personnes qui ne seront pas remplacées après leur départ et 5 licenciements). Cette mesure est la conséquence de la décision du gouvernement de supprimer 2 millions de subsides fédéraux.


Belga