La douce chaleur de Jamie Woon fait fondre l'Orangerie

La douce chaleur de Jamie Woon fait fondre l'Orangerie
2 images
La douce chaleur de Jamie Woon fait fondre l'Orangerie - © Dan Wilton

Le chanteur britannique a livré une prestation convaincante pour présenter son tout nouvel album « Making time » devant un public très réceptif.

C’est une réconciliation qui fait du bien ! Il y a quatre ans, son premier album "Mirrorwriting", mi-soul, mi-electro, nous avait complètement emballés. Mais son concert à l’Ancienne Belgique complètement déçus… Trop timide, trop appliqué et pas assez communicatif, il semblait rester dans son coin entre sa guitare et ses claviers.

Acte deux ce mardi soir dans une Orangerie pleine à craquer et bien décidée à chalouper en rythme. Le deuxième album "Making Time" est sorti il y a quelques jours à peine, découverte totale donc pour la plupart du public.

Les charmes de la douceur

Les options plus calmes et plus soul de ce nouveau disque ne tarderont pas à séduire. C’est que Jamie a l’air nettement plus à l’aise parmi ses musiciens et ses deux choristes noirs qui ajoutent à son timbre intense des couleurs vocales délicieusement groovy. Car, si sa voix ne peut pas vraiment être qualifiée de puissante, elle possède par contre une amplitude de notes impressionnante.

Après quelques nouveaux morceaux, la foule acclame les premiers beat de "Night air" son irrésistible tube fondateur. Cela se bouscule pour laisser s’exprimer les corps dans cette salle comble.

L’ambiance se fera ensuite plus recueillie, mais pas moins chaude pour autant, lorsque plusieurs morceaux du nouveau disque s’enchaînent. Mention spéciale pour "Skin", magnifique ballade vocale à l’unisson avec les choristes. Ces deux gars-là apportent une réelle plus-value au concert !

Sensuellement rythmé

Les titres se succèdent entre douceur et maitrise à l’image du magnifique "Sharpness", premier extrait du nouvel album. Il faudra attendre la fin du set pour que le très attendu "Lady Luck" ne permette la présentation des musiciens dans une version plus organique et jouissive que sur le disque.

Jamie Woon a d’ailleurs fait entrer l’ensemble de son répertoire dans une dimension plus complexe, réunissant ainsi d’une jolie manière les pulsions dansantes de l’électro et la chaleur caressante de la soul.

Un univers à (re)découvrir !

François Colinet

Jamie Woon, "Making Time" (Universal)